France
URL courte
258964
S'abonner

Une centaine d’individus armés se sont rassemblés dans le centre-ville de Dijon, prenant pour cible un commerce en particulier. La piste d’un règlement de comptes interethnique, suite à l’agression d’un adolescent, est privilégiée.

Les rues du centre-ville de Dijon ont été envahies par une centaine d’individus prêts à en découdre dans la nuit du 12 au 13 juin, rapporte France 3 Bourgogne Franche-Comté.

 Venus de toute la France, ils appartenaient pour la plupart à la communauté tchétchène, précise le média.

Armés de barres de fer, de couteaux ou de battes de baseball, ils s’en sont pris à un bar à chicha, avant d’être dispersé par la BAC et la Brigade Spécialisée de Terrain (BST).

Aucun blessé n’est à déplorer, malgré quelques dégâts matériels, relate France 3. Plusieurs interpellations ont eu lieu le lendemain des faits.

Un règlement de compte entre communautés?

Ce rassemblement intervient après l’agression d’un jeune homme de 16 ans par des dealers

Un groupe d’origine tchétchène a voulu agir en représailles, explique un représentant de la communauté à France 3. Ces dealers seraient d’origine maghrébine, raison pour laquelle des discussions se sont tenues entre les dirigeants des deux communautés, pour tenter «d’apaiser les tensions» rajoute la source.

La version des forces de l’ordre va dans le même sens. Selon la police, des individus présents cette nuit-là leur ont en effet affirmé avoir un «problème» avec un autre groupe dijonnais, comme le rapporte France 3. Le parquet a été saisi de l’affaire.

Lire aussi:

L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
chicha, dealer, bagarre, Dijon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook