France
URL courte
13312
S'abonner

Les résultats des derniers échantillons prélevés dans les eaux usées et le réseau d’eau non potable peuvent être interprétés comme une résurgence du virus bien qu'extrêmement légère. Cependant, selon les autorités qui restent très vigilantes, cela ne permet pas d'affirmer le retour de l’épidémie de Covid-19.

Environ deux mois après que le gouvernement a entamé le déconfinement, le taux de présence du virus détecté dans les eaux usées parisiennes semble témoigner d’un léger regain épidémique depuis une quinzaine de jours, rapporte Le Monde.

Pour rappel, la corrélation entre le niveau d'agents pathogènes dans les eaux usées et le nombre de cas de Covid-19 a été prouvée par des chercheurs à partir d’échantillons prélevés en mars et avril derniers dans le cadre d’un projet baptisé «Obépine».

L'opérateur public Eau de Paris explique que les eaux usées, qui «reflètent en partie l’état de santé de la population», constituent un indicateur épidémique «avancé» contrairement aux indicateurs «tardifs», tels que les hospitalisations.

Repérable dans le réseau d’eau non potable

Disparu à la mi-mai du réseau d’eau non potable, alimenté par l’eau de la Seine et du canal de l’Ourcq, le coronavirus semble toutefois revenir, à en croire les résultats des prélèvements effectués du 22 au 25 juin.

Selon Le Monde, pendant cette période des spécialistes ont effectué 12 analyses dont la moitié a donné un résultat positif −à des niveaux minimes−, ce qui a été confirmé la semaine suivante par des tests supplémentaires.

«S’agit-il d’un signe qu’avec le déconfinement, l’épidémie repart?» s’interroge auprès du journal Anne Souyris, l’adjointe au maire de Paris chargée de la santé, avant d’ajouter: «C’est l’inquiétude, mais nous avons besoin d’éléments complémentaires».

L’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France se montre également prudente.

«Nous avons pris connaissance de ces analyses, mais nous devons construire la méthode pour les exploiter. Nous ne voulons pas nous engager sur de fausses pistes», a souligné au Monde Aurélien Rousseau, son directeur.

Autres indicateurs

Risque fort de voir une nouvelle épidémie de coronavirus au cours de la prochaine décennie, selon un médecin

En outre, une hausse légère de cas d’infection a été enregistrée dans plusieurs départements comme les Yvelines, les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise, sans lien avec une évolution du taux de tests, indique l’agence de sécurité sanitaire Santé publique France (SPF), citée par le quotidien.

Cependant, explique M.Rousseau, pour le moment il n’y pas d’alerte majeure portant sur une reprise épidémique. Il précise en outre que des sursauts ont déjà été repérés, mais pas une «dégradation durable des indicateurs».

Les appels à SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 augmentent également, alors que leur nombre avait diminué depuis le pic de l’épidémie de la fin mars. Ainsi, selon Santé Publique France, le nombre d’appels en Île-de-France s’est accru de 39% pendant la semaine du 22 au 28 juin, tout comme la semaine suivante. Ce chiffre reste néanmoins huit à dix fois inférieur à celui enregistré fin mars.

D'après Le Monde, les autres indicateurs témoignent plutôt d'une «circulation modérée, mais stabilisée du virus».

Les autorités restent très vigilantes

M.Rousseau note que les autorités restent très vigilantes, car «ailleurs, le virus a pu recommencer à circuler dans les zones urbanisées», en rappelant néanmoins que les scientifiques sont encore très partagés sur l’éventualité d’une deuxième vague.

«Nous nous préparons à des opérations de reconfinement ciblées», explique le directeur de l’ARS ajoutant que les critères −territoire, population− font l’objet de différents scénarios.

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
pandémie, Covid-19, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook