France
URL courte
12640
S'abonner

À la rentrée scolaire des élèves de la maternelle Oberlin à Sélestat, un tag menaçant de «brûler cette école avec les enfants» a été découvert ce matin sur l’un des murs de l’établissement. La police a ouvert une enquête et renforcé ses patrouilles dans le secteur.

Taguée sur l’un des murs de l'école maternelle Oberlin, une menace de «brûler cette école avec les enfants» a été retrouvée ce mardi 1er septembre, jour de la rentrée scolaire, à Sélestat dans le Bas-Rhin, rapporte Les dernières nouvelles d’Alsace (DNA).

L’inscription qui est apparue «manifestement pendant la nuit», selon la police, a été recouverte dans la journée.

«C'est scandaleux, inadmissible, ça déstabilise tout le monde», s’indigne auprès du journal Marcel Bauer, maire de la ville.

Cependant; la majorité des parents venus chercher leurs enfants en fin de matinée ne semblaient pas être au courant de la situation.

«Je ne suis vraiment pas tranquille»

«Quand j'ai appris ça, je suis revenu et depuis, je surveille. On voit tellement de choses en ce moment. Je ne suis vraiment pas tranquille», indique au média le père d’un enfant qui exige «des réponses»: «Certains n'étaient même pas au courant. Si je n'en ai pas cet après-midi, je reprends mon gamin».

Une enquête a été ouverte suite à une plainte déposée par la ville de Sélestat. Selon Les dernières nouvelles d’Alsace, la police va renforcer ses patrouilles dans le secteur.

En outre, cette nuit, deux voitures ont été brûlées rue de la Brigade Alsace-Lorraine, près du stade municipal, à 200 mètres de l'école maternelle Pestalozzi. Néanmoins, la police n’a trouvé aucun lien entre les deux incidents.

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Le président de l’UFC accuse McGregor d’avoir fait «l’une des choses les plus sales», l’Irlandais rétorque
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Tags:
menaces, Bas-Rhin, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook