France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (108)
82821
S'abonner

Le jeune fils de Samuel Paty sera pris en charge par l'État. Son statut de pupille de la Nation lui sera octroyé le 15 décembre, selon La Gazette du Val-d'Oise.

Jean-Michel Blanquer l'avait promis lors de sa prise de parole devant l'Assemblée nationale le 20 octobre. C'est désormais confirmé, le fils de cinq ans de Samuel Paty, l'enseignant décapité lors d'un acte terroriste à Conflans-Sainte-Honorine, deviendra pupille de la Nation mardi 15 décembre, une forme d'adoption par l'État, informe La Gazette du Val-d'Oise.

«L’audience aura lieu au tribunal de grande instance de Pontoise, puisque le petit garçon habite sur le territoire de ses compétences», précise auprès du quotidien Véronique Lefèvre, directrice du service départemental du Val-d'Oise de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG).

Un statut à vie

Ce statut est délivré en France aux moins de 21 ans qui ont perdu un de leurs parents lors d'un conflit armé ou d'un acte de terrorisme, indique le site de l'ONACVG. Il a été créé en 1917 pour venir en aides aux orphelins de la Première Guerre mondiale. Depuis 1990, les victimes du terrorisme sont également éligibles à ce statut.

«Cet enfant, comme les orphelins de guerre, pourra ainsi bénéficier d’une protection et d’un soutien matériel et moral, sous la forme d’aides financières mensuelles, d’exonération de frais de scolarité ou d’examen, de bourses scolaires et universitaires ou de la possibilité d’admission dans les lycées militaires. C’est un statut à vie», conclut Mme Lefèvre.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (108)

Lire aussi:

Décès de patients, statistiques troublantes et pressions: faut-il s’inquiéter du vaccin de Pfizer?
«Détruire le pays pour une maladie avec une mortalité aussi faible relève du pétage de plombs» - vidéo
Ce lapsus de Marion Maréchal sur ses ambitions présidentielles – vidéo
Tags:
terrorisme, statut, Jean-Michel Blanquer, éducation, Samuel Paty
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook