France
URL courte
Par
4314442
S'abonner

Très critique envers la politique d’Emmanuel Macron, Michel Onfray estime que le chef de l’État éprouve un «profond mépris» envers les Français et la France. Sur le plateau de CNews, il appelle également à «vacciner massivement» et juge la campagne de vaccination trop lente.

Invité dans la matinale de CNews vendredi 22 janvier, le philosophe et essayiste Michel Onfray s’est exprimé sur la crise sanitaire et a critiqué la gestion de celle-ci par le gouvernement, auquel il reproche avant tout sa façon de communiquer à la population.

«Il [Emmanuel Macron] envoie ses informations via la presse […] et Jean Castex dit un jour ce que les journalistes disent depuis trois semaines. On ne fait pas de la politique comme ça», analyse-t-il, préférant une parole présidentielle «lourde» et «rare».

L’écrivain rappelle ensuite certains propos énoncés par M.Macron. «Il y a un profond mépris», poursuit-il, «on a vraiment l’impression qu’il n’aime pas les gens, qu’il n’aime pas la France, qu’il n’aime pas le peuple français, qu’il ne comprend pas la souffrance et la douleur du peuple français». «On ne peut pas gouverner la France quand on méprise les Français».

Campagne de vaccination

Ayant été atteint du coronavirus, Michel Onfray s’est réjoui de «voir les Français revenir à la raison», se référant au sentiment de méfiance particulièrement fort dans le pays face à la vaccination qui semble désormais s’estomper. «Il faut vacciner massivement», «nuit et jour», pour que «tout reprenne», insiste-t-il en nommant les commerçants, les bistrotiers, les restaurateurs, les concertistes, etc.

Il critique néanmoins la campagne de vaccination, dénonçant à la fois une pénurie de doses et la «prudence» de l’exécutif qu’il accuse de se «hâter lentement». «Depuis le début c’est sottises sur sottises, et les Français commencent à comprendre», conclut-il.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Plus de 3.500 patients en réanimation à cause du Covid-19, une première en France depuis le 1er décembre
Tags:
communication, crise, Emmanuel Macron, gouvernement, Covid-19, Michel Onfray
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook