France
URL courte
Par
4623189
S'abonner

L’humoriste Yassine Belattar a reproché à Jean Messiha d’avoir participé à la manifestation du groupe Génération identitaire à Paris, précisant qu’il s’y trouvait «avec des Blancs». L’ancien cadre du RN l’a alors accusé de racisme.

Nouvelle joute verbale jeudi 25 février entre l’animateur radio Yassine Belattar et le président de l’Institut Apollon et ex-Rassemblement national (RN) Jean Messiha sur le plateau de Touche pas à mon poste. Un an après l’avoir qualifié de «chameau» en référence à ses origines égyptiennes, le chroniqueur l’a blâmé pour avoir participé à la manifestation contre la dissolution de Génération identitaire.

Yassine Belattar a dans un premier temps reconnu que «la gauche nous a exterminés en terme d’ambition patriotique». Un sentiment partagé par Jean Messiha. L’humoriste a ensuite évoqué un «échec collectif» sur les banlieues en cas de victoire du RN à la présidentielle de 2022 et lui reproche d’être «allé dans une manifestation avec des Blancs en plein Paris».

Une formule qui a fait réagir M. Messiha. «Pourquoi tu les qualifies? Si j’avais dit une manif avec des Noirs tu m’aurais traité de raciste […]. Tu es un raciste anti-Blancs», a-t-il riposté, affirmant que les participants à ce rassemblement étaient de «toutes les origines».

Un salut nazi?

C’est ensuite l’avocate Raquel Garrido, également chroniqueuse dans l’émission de Cyril Hanouna, qui est intervenue en affirmant qu’un manifestant avait fait un salut nazi «le bras tendu avec la main plate». Comme le lui a fait remarquer Jean Messiha plus tard sur Twitter, l’AFP factuel a indiqué qu’il s’agissait d’un «arrêt sur image trompeur».

La manifestation du groupe Génération identitaire s’est déroulée le 20 février à Paris après que Gérald Darmanin a annoncé avoir enclenché la procédure de sa dissolution, lui reprochant une «provocation à la discrimination et à la haine» et sa «volonté d’agir en tant que milice privée».

Face à la caméra de Sputnik lors du rassemblement, Jean Messiha a appelé «les patriotes et les nationaux» du pays à «prendre possession de l’espace public» afin de «ne pas laisser la rue à l’anti-France».

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 replonge sous la barre des 35.000 en 24h en France
Tags:
racisme, Touche pas à mon poste (TPMP), Yassine Belattar, Génération identitaire, Jean Messiha
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook