France
URL courte
Par
2918719
S'abonner

Cinq ans après avoir revendiqué cette posture, Emmanuel Macron est-il encore crédible en Jupiter présidentiel? Pour Alexis Lévrier, les affaires et les crises sociales ont contraint le Président à renouer avec le peuple français. Sans pour autant renoncer totalement à la stature de «monarque républicain». Une contradiction?

«Les limites de cette présidence jupitérienne apparaissent très vite à l’heure de l’instantanéité de l’information et des chaînes d’information en continu. D’une certaine manière, Macron s’est trompé d’époque. Et il en subit les conséquences», lance Alexis Lévrier devant les caméras de Sputnik.

Pour l’auteur de Jupiter et Mercure: Le pouvoir présidentiel face à la presse (éd. Les Petits Matins), la posture de monarque républicain, revendiquée avant même son élection par Emmanuel Macron, s’est révélée paradoxalement obsolète pour le chantre du «Nouveau Monde».  

«On n’est plus sous Mitterrand! Il y a plus de médias. Il y a des chaînes d’informations en continu qui ont besoin d’images. Les journaux people se sont multipliés… On ne peut plus contrôler l’intime comme on le faisait sous Mitterrand.»

L’affaire Benalla et la crise des Gilets jaunes sont passées par là. Le chef de l’État a dû renoncer à la stature hiératique autrefois incarnée par le général de Gaulle ou François Mitterrand en leur temps. Pis, selon Alexis Lévrier, la posture jupitérienne assumée par Emmanuel Macron fait courir un certain «risque démocratique» dès lors qu’apparaît la «tentation d’influencer la presse».

«L’héroïsation du monarque se faisait dans la presse d’Ancien Régime et, ensuite, sous l’Empire. Lorsqu’un régime politique comme la Ve République se réclame de cette origine monarchique, le risque, c’est la tentation de la tutelle des journalistes.»

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
Tags:
Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, gilets jaunes, Juan Branco, Le Monde, Le Figaro, journalisme, François Mitterrand, Charles de Gaulle, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Edouard Philippe, Jean Castex, Brigitte Macron, Sibeth Ndiaye, Valéry Giscard d'Estaing, Présidentielle française 2022
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook