Insolite
URL courte
Par
0 170
S'abonner

Une Belge de 75 ans résidant en Turquie fait le buzz pour sa pratique hebdomadaire de la boxe alors qu’elle est atteinte de Parkinson. Citée dans le journal Hurriyet, elle affirme que ce sport a arrêté la progression de la maladie et lui permet de marcher vite et droit.

De nationalité belge mais résidant en Turquie avec sa fille depuis 42 ans, Nancy Van der Straeten, surnommée «Naciye» est devenue une vedette dans son pays d’adoption. À l’âge de 75 ans, atteinte de la maladie de Parkinson, elle s’adonne à la boxe trois fois par semaine pendant près de deux heures, rapporte Hurriyet.

Ancienne peintre et créatrice de meubles, elle a été diagnostiquée avec cette maladie il y a sept ans. Elle a alors découvert que la boxe était de plus en plus populaire dans les centres de réadaptation pour les patients atteints de Parkinson et a décidé de s’y mettre, avec l’accord de ses médecins. Elle éprouvait à l’époque des difficultés à marcher et sa qualité de vie diminuait déjà en raison de ses problèmes de tremblements.

Aujourd’hui, elle marche plus vite et se tient droite. «Avant, je devais utiliser une canne. Mais maintenant, grâce à la boxe, je me bats contre ma maladie de Parkinson tous les jours», affirme-t-elle. Monter sur le ring est désormais devenu une passion.

Les restrictions liées au Covid

Dans la province d’Antalya où elle s’est installée, la septuagénaire ne s’est pas découragée avec l’imposition de restrictions pendant l’épidémie de coronavirus. Autorisée à sortir quelques heures par jour, elle les passe au gymnase à s’entraîner. Lorsque l’établissement était fermé, elle gardait sa forme à l’aide d’un sac de sable et d’un tapis de course.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Tags:
Covid-19, sport, Turquie, boxe, maladie de Parkinson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook