Ecoutez Radio Sputnik
    Simone Sistarelli

    Une danse peut-elle contribuer à la lutte contre la maladie de Parkinson?

    © Photo. Simone Sistarelli
    Sci-tech
    URL courte
    0 51
    S'abonner

    La vie n’est pas du tout simple pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Si ces gens pouvaient reprendre le contrôle de leur corps, tout irait autrement. Cela devient toutefois possible grâce aux leçons gratuites de popping, projet dû à un jeune Italien que Sputnik a eu l’occasion de rencontrer.

    Le popping est une danse, dont le principe de base est la contraction et la décontraction des muscles en rythme. Elle est née du hip-hop dans les années 1970. En 2015, à Londres, Simone Sistarelli, professeur de danse italien, a lancé son projet Popping for Parkinson's qui prévoit des leçons de popping gratuites pour les malades de Parkinson qui apprennent à communiquer avec d’autres personnes au rythme de la danse.

    Redonner goût à la vie

    «J’ai lancé mon projet pour plusieurs raisons. Dansant le popping, nous "tremblons au rythme de la musique", alors que les malades de Parkinson "tremblent sans musique". Et si ces gens pouvaient adapter leur tremblement à la musique? C’est ainsi que l’idée du projet m’est venue», a expliqué Simone Sistarelli à Sputnik.

    Et d’ajouter qu’en tant que danse amusante et excitante, le popping est connu de tous grâce à Michael Jackson.

    Transformer les défauts en qualités

    «L’idée clé du projet consiste notamment à transformer les défauts en qualités. C’est ce qui se passe avec les personnes atteintes de la maladie de Parkinson grâce au popping, dont les tremblements sont un élément essentiel», a détaillé l’Italien.

    Selon ce dernier, les résultats positifs sont déjà nombreux.

    On n’est plus patient, mais élève

    «Tout d’abord, les patients se transforment en élèves […] qui se souviennent qui sont des personnes comme les autres, qui peuvent communiquer et se sentir impliqués dans la société», a relevé M.Sistarelli.

    Il a dit mener une étude conjointement avec l'université du Hertfordshire, en Angleterre, afin de pouvoir évaluer scientifiquement les résultats positifs de son projet.

    «Nous espérons publier un rapport dans un an ou deux. […] Je voudrais que des cours de popping pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson soient organisés à travers le monde entier. Tel est mon objectif final», a résumé l’interlocuteur de Sputnik.

    Tags:
    projet, danse, Italie, Londres, maladie de Parkinson
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik