International
URL courte
3410
S'abonner

Des tablettes d’argiles vieilles de plusieurs siècles découvertes en Iran ont été rendues à leur pays d’origine par les États-Unis, selon l’agence Mehr. Ces tablettes se trouvaient à l’Université de Chicago depuis 84 ans.

Lundi 30 septembre, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Mousavi, a déclaré à l’agence iranienne Mehr que plus de 1.700 tablettes d’argile ont été rendues à l’Iran par l’Institut oriental de l’Université de Chicago.

Ces plaques ont été rendues grâce aux efforts des ministères iraniens du Tourisme, des Affaires étrangères et du Cabinet de la présidence.

En fin d’année dernière, le chef de l’Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme, Ali Asghar Munesan, avait annoncé que le Trésor américain avait accepté de transférer 1784 objets à l’Iran, dont des plaques de l’ancienne ville persane de Persépolis qui existait aux VI et Ve siècles avant J.C.

Dans les années 1930, lors des fouilles dans l’ancienne cité de Persépolis, les archéologues avaient découvert 30.000 tablettes d’argiles datant de l’Empire achéménide. Elles ont ensuite été transférées à l’Université de Chicago pour être étudiées.

Les tablettes sont désormais exposées au musée national d’Iran depuis le 2 octobre.

Lire aussi:

Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
La Chine met-elle sur pied une invincible armada? - vidéo
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
Tags:
histoire, Musée national d'Iran, Université de Chicago, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook