Ecoutez Radio Sputnik
    Smoke rises after an airstrikes from the U.S.-led coalition against Islamic State militants on the outskirts of Kirkuk September 30, 2015

    Amsterdam reconnaît la mort de civils irakiens en 2015 dans une frappe néerlandaise

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    5311
    S'abonner

    Une frappe effectuée par un chasseur des Pays-Bas en juin 2015 contre une usine d’armements de Daech* en Irak a fait environ 70 morts dont des civils et des terroristes, a indiqué la ministre néerlandaise de la Défense.

    Dans une lettre adressée ce lundi 4 octobre au parlement, la chef de la Défense néerlandaise Anna Bijleveld-Schouten a révélé les détails d’une frappe effectuée par son pays dans la nuit du 2 juin 2015 en Irak.

    Selon la lettre citée par Reuters, ce jour-là, dans le cadre d’une opération antiterroriste menée par les États-Unis, un chasseur néerlandais F-16 a largué une bombe sur une usine d’armements de Daech* située dans la ville de Hawija, dans la province de Kirkouk. Ce bombardement a fait «environ 70 victimes, y compris des combattants de Daech* et des civils».

    Le nombre précis de civils tués est inconnu, poursuit la lettre, mais le nombre de victimes a dépassé les pronostics des militaires qui préparaient cette opération nocturne. Cela s’est produit partiellement à cause des explosions des armements stockés dans l’usine.

    «Après le raid, il y a eu un certain nombre d’explosions secondaires et plus puissantes qui n’auraient pas pu être anticipées après des frappes précédentes sur des cibles similaires. […] Cela a entraîné la destruction d’un grand nombre d’autres bâtiments», indique le document.

    Les F-16 néerlandais ont effectué environs 2.100 raids en Irak entre octobre 2014 et 2018 dans le cadre des opérations de la coalition internationale anti-Daech* dirigée par les États-Unis.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    civils, coalition anti-Daech, coalition, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik