Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion de chasse américain sur le porte-avions américain en mer de Chine méridionale

    Mer de Chine méridionale: y a-t-il des perspectives de baisse des tensions entre Pékin et Washington?

    © AP Photo / Bullit Marquez
    International
    URL courte
    6161
    S'abonner

    Pékin a exigé de Washington qu’il cesse de brandir des armes et de provoquer et d’alimenter les tensions en mer de Chine méridionale. La Maison Blanche a accusé la Chine d'avoir recours à l'intimidation pour avancer vers ses objectifs stratégiques dans la région. Deux analystes chinois et russe ont exposé à Sputnik leur vision de la situation.

    Le ministre chinois de la Défense, Wei Fenghe, a pressé lundi 18 novembre à Bangkok son homologue américain, Mark Esper, d'arrêter les démonstrations de force en mer de Chine méridionale et de ne pas ajouter de «nouvelles incertitudes» à la question taïwanaise. De son côté, le secrétaire américain à la Défense avait accusé la veille la Chine d'avoir recours à «la contrainte et l'intimidation pour avancer vers ses objectifs stratégiques» dans la région.

    La situation en mer de Chine méridionale et autour de Taïwan met en relief les tensions entre la Chine et les États-Unis, et il est peu probable que Washington entende l’appel de Pékin à mettre fin à la provocation, a estimé au micro de Sputnik Chen Xiangmao, spécialiste chinois des problèmes de la mer de Chine méridionale.

    «Une telle probabilité est extrêmement faible, voire inexistante. Les États-Unis ont leurs  intérêts et projets en mer de Chine méridionale. Ils veulent garder leur leadership et la position dominante dans toute cette région», a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

    Et de rappeler que les États-Unis s’appliquaient à attirer de leur côté le Japon, l’Australie et le Royaume-Uni afin d’instaurer leur contrôle sur la région.

    «Le comportement des États-Unis en mer de Chine méridionale vise à réaliser leur stratégie indopacifique. […] Tout porte à croire qu’à l’avenir également, les États-Unis ne cesseront de s’ingérer dans la situation en mer de Chine méridionale et que leurs actions auront un caractère provocateur», a relevé l’expert.

    Ces derniers temps, les bâtiments américains traversent de plus en plus souvent la mer de Chine méridionale. Sous le Président Donald Trump, les opérations affichées comme de protection de la «liberté de la navigation maritime» sont beaucoup plus nombreuses que pendant les huit années de présidence de Barack Obama, constatent les observateurs.

    «Pour les États-Unis, le problème clé consiste à s’assurer la liberté d’action dans n’importe quelle région, […] et la Marine américaine est l’élément essentiel de leur démonstration de force en mer de Chine méridionale. Ce sont justement ses manœuvres qui alimentent les tensions dans les relations avec la Chine», a indiqué un autre interlocuteur de Sputnik, Pavel Zolotarev, analyste militaire de l’Institut des États-Unis et du Canada de l’Académie des sciences de Russie.

    L’expert ne prévoit toutefois pas de confrontation militaire en mer entre les parties.

    Taïwan est l'un des principaux points de contentieux entre les États-Unis et la Chine. Washington a multiplié les envois de destroyers dans le détroit de Taiwan sous le prétexte de défendre la liberté de navigation. Pour sa part, la Marine chinoise a déclaré lundi 18 novembre que le premier porte-avions construit en Chine avait traversé la veille le détroit de Taïwan, précisant que le bâtiment se rendait en mer de Chine méridionale pour des «essais scientifiques» et de simples «exercices de routine».

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Il n'y a eu «aucune excuse»: le journaliste turc blessé à l’œil le 5 décembre par la police témoigne
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    tensions, Taïwan, Mer de Chine méridionale, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik