Ecoutez Radio Sputnik
    Des soldats américains en Syrie (archive photo)

    L’armée US a relancé ses opérations dans le gouvernorat syrien de Deir-ez-Zor

    © CC BY 2.0 / The National Guard/Spc. DeAndre Pierce / 30th Armored Brigade Combat Team
    International
    URL courte
    14760
    S'abonner

    Les attaques des forces américaines contre Daech* ont repris dans le nord de la Syrie deux mois après l’annonce par Donald Trump du retrait d’une partie du contingent américain, a annoncé la coalition internationale sur le site Inherent Resolve.

    L’armée américaine et des centaines de Kurdes ont mené une nouvelle opération militaire «d’envergure» contre Daech* dans le gouvernorat syrien de Deir-ez-Zor, a annoncé la coalition internationale sur le site Inherent Resolve.

    Selon une déclaration de la coalition, l’opération organisée vendredi 22 novembre a permis de tuer ou blesser «de nombreux» membres de Daech* et de capturer plusieurs dizaines de terroristes.

    D’après le journal New York Times qui s’appuie sur des sources militaires, le général Kenneth McKenzie, chef de l’US Central Command (CENTCOM) a déclaré samedi 23 novembre lors d’une conférence à Bahreïn:

    «Ces prochains jours et semaines, notre lutte contre les restes de Daech* reprendra son rythme».

    Selon le général, 500 soldats qu’il commande opéreront à l’est de l’Euphrate.

    Le général aurait qualifié les relations entre les États-Unis et les Kurdes syriens d’«assez bonnes». À la question de savoir jusqu’à quand les soldats américains resteraient dans le nord de la Syrie, il aurait répondu qu’ils n’avaient pas de date butoir.

    Les soldats américains en Syrie

    Le 12 novembre, le chef du Pentagone, Mark Esper, avait annoncé que l’administration américaine n’avait pas encore décidé combien de soldats américains seraient maintenus en Syrie. Le général Mark Milley, chef d'état-Major des armées des États-Unis, avait précédemment affirmé qu’il s’agirait d’un contingent fort de 500 à 600 hommes.

    Donald Trump a annoncé le retrait des forces américaines de Syrie sur fond d’opération militaire lancée le 9 octobre par la Turquie dans le nord-est de la Syrie contre les formations kurdes. Dans le même temps, les États-Unis ont souhaité maintenir leurs soldats dans les régions pétrolifères de l’est syrien et aider les Kurdes de la zone à en contrôler les gisements.

    Les États-Unis et leurs alliés mènent une opération anti-Daech* en Syrie et en Irak depuis 2014. Les autorités syriennes n’y ont pas donné leur feu vert. Washington a déjà déclaré avoir écrasé Daech*, avant d’annoncer son intention de rester en Syrie pour «empêcher la renaissance» de cette organisation terroriste.

    * Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    Kenneth McKenzie, Kurdes, coalition anti-Daech, Inherent Resolve, États-Unis, Deir ez-Zor, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik