International
URL courte
9535
S'abonner

Le plus important concernant le coronavirus est d’en identifier l'origine, estime le ministre russe des Affaires étrangères à l’issue d’une visioconférence du conseil avec ses homologues de l'Organisation de coopération de Shanghaï.

Il est important d’identifier les causes de l'infection par le coronavirus, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

«En général, quand nous parlons de la nécessité d’établir les causes de l'apparition du coronavirus, je pense que c'est une question parfaitement justifiée», a déclaré Sergueï Lavrov à l'issue du conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Organisation de coopération de Shanghaï par visioconférence.

Selon lui, «ce n'est qu'en termes de sens et de fond que nous devons aborder cette question».

«Le fait est que nous devons sauver autant de vies que possible et comprendre comment nous pourrons contrôler cette pandémie à l'avenir, compte tenu des estimations des scientifiques selon lesquelles elle peut rester avec nous longtemps, si ce n'est pour toujours, comme d'autres maladies infectieuses comme la grippe. C'est de ce point de vue qu'il est important de comprendre les causes de l'apparition de cette infection», a précisé Sergueï Lavrov.

L’épidémie en Russie

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, plus de 4,2 millions de personnes ont été infectées dans le monde, environ 292.000 sont décédées, selon l’université Johns-Hopkins.

En ce qui concerne la Russie, 242.3271 cas y ont été recensés, 48.003 personnes se sont rétablies et 2.212 sont décédées, d’après la cellule de crise fédérale pour la lutte contre le coronavirus

Lire aussi:

Cet homme potentiellement «dangereux» recherché par la police pour avoir enlevé ses enfants - photo
«Je n’en ai pas les compétences»: quand Dupond-Moretti assurait ne jamais vouloir devenir ministre de la Justice - vidéo
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Tags:
Covid-19, diplomatie, politique, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook