International
URL courte
2107
S'abonner

Le Président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a annoncé ce samedi 6 juin une nouvelle proposition de règlement politique de la crise en Libye, laquelle comprend l’instauration d’un cessez-le-feu ainsi que l'adoption d'une déclaration constitutionnelle.

Une nouvelle initiative politique visant à mettre fin à la crise libyenne a été avancée par le Président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, ce samedi 6 juin lors d’une conférence de presse au Caire suite à une réunion avec le maréchal Khalifa Haftar et Aguila Salah, chef de la Chambre des représentants siégeant dans l'est de la Libye. Entre autres, l’initiative prévoit un cessez-le-feu à partir du 8 juin.

«Notre réunion a conduit à un accord sur le soutien du Caire à l'initiative de cessez-le-feu entre les Libyens à partir de 6.00 heures du matin le 8 juin 2020», a déclaré le dirigeant égyptien.

Selon Abdel Fattah al-Sissi, l'initiative comprend une représentation équitable des trois régions au Conseil présidentiel, la fusion des institutions de l'État libyen et l'adoption d'une déclaration constitutionnelle.

Le Président égyptien a précisé que l'initiative appelle au respect de tous les efforts internationaux et demande le retrait des mercenaires étrangers et le désarmement des bandes.

«Nous mettons en garde toute partie en Libye contre toute intention de poursuivre une solution militaire à la crise du pays», a conclu Abdel Fattah al-Sissi.

La Libye en crise

Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le gouvernement d'entente nationale (GEN) dirigé par Fayez el-Sarraj, qui siège à Tripoli et est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays.

Lire aussi:

Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
Khalifa Haftar, conflit, politique, Egypte, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook