International
URL courte
111523
S'abonner

Malgré les déclarations contraires d’un représentant au Congrès, le département américain de la Sécurité intérieure (DHS) a analysé les messages des manifestants à Portland dans la messagerie Telegram, indique le Washington Post. En outre, il recueillait des informations sur deux journalistes couvrant la situation dans la ville.

Le département américain de la Sécurité intérieure (DHS) a analysé la correspondance des manifestants à Portland (Oregon) dans les groupes de messagerie Telegram, bien que ce fait ait été nié le 23 juin par un représentant de la direction du département au Congrès, rapporte le 1er août le Washington Post.

Ainsi, la correspondance électronique des manifestants a été consignée dans le «rapport de renseignement» du DHS, qui a ensuite été soumis aux forces de police fédérales et au FBI. Selon le journal, les manifestants discutaient des itinéraires à emprunter pendant les marches et des moyens pour éviter la police. 

Il est difficile de savoir comment le DHS a obtenu ces messages et si un informateur ou un agent a eu accès aux groupes Telegram.

La surveillance de deux journalistes

En outre, le bureau de renseignement et d'analyse du DHS recueillait des renseignements sur deux journalistes du New York Times couvrant les manifestations à Portland. Selon le Washington Post, ils sont responsables d’avoir fait fuiter des documents internes sur la situation dans la ville.

Plus tard, des représentants de la direction du département ont condamné les actions de ce bureau. Le secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis a ordonné d'arrêter la collecte d'informations sur ces journalistes. Une enquête a été ouverte au sein du département.

À la suite de cette enquête, le chef du bureau de renseignement et d'analyse du DHS a été réaffecté vendredi 31 juillet à un nouveau poste dans le département. La décision a été prise par le secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis.

Manifestations à Portland

La mort de George Floyd, quadragénaire noir asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, a déclenché d'énormes manifestations contre le racisme et les violences policières.

La mobilisation s'est considérablement affaiblie, mais des poches de contestation ont persisté notamment à Portland. Des agents fédéraux ont été envoyés dans cette ville, une présence qui a provoqué une vive hostilité.

Ils y resteront toutefois jusqu'à que la police locale se débarrasse «des anarchistes et des agitateurs», a déclaré vendredi 31 juillet Donald Trump.

Lire aussi:

Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
Telegram, Donald Trump, racisme, Portland, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook