International
URL courte
Par
4165
S'abonner

Le Qatar a réaffirmé sa ferme position «en faveur du droit du peuple palestinien frère à la création d'un État aux frontières de 1967, avec Jérusalem comme capitale», rapporte la Qatar News Agency, citant le chef de la diplomatie du pays. Cependant, ce dernier n’a pas réagi à l’accord de paix israélo-émirati.

Lors d’un entretien téléphonique avec le secrétaire général du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saeb Erekat, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, a réaffirmé la position de principe de son pays «de soutien à la cause palestinienne», rapporte la Qatar News Agency (QNA).

Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani «a réaffirmé la ferme position de son pays en faveur du droit du peuple palestinien frère à la création d'un État aux frontières de 1967, avec Al-Quds [Jérusalem, ndlr] comme capitale, dans le cadre de la légitimité internationale, des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’Onu et de l'Initiative de paix arabe qui sont la base de la réalisation d’une paix juste et durable», informe la QNA sur Twitter.

​Cet entretien téléphonique intervient dans le contexte de l’accord de paix conclu entre les Émirats arabes unis et Israël sous les auspices des États-Unis. Outre la position exprimée par le chef de la diplomatie du Qatar, il n’en demeure pas moins que ce dernier s’est abstenu de commenter l’accord de paix, contrairement à l’Arabie saoudite. En effet, Riyad a annoncé qu’il «ne suivrait pas l'exemple des Émirats arabes unis tant qu'Israël n'aura pas signé d'accord de paix avec les Palestiniens».

Les Palestiniens appellent «ne pas suivre l'exemple émirati»

Le Président américain a annoncé jeudi 13 août la conclusion d’un accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis négocié sous l’égide des États-Unis. Trump a affirmé que cet «accord de paix historique» avait été conclu pour mettre fin à la poursuite de l'annexion de territoires palestiniens par Israël.

Donald Trump a déclaré qu'il «pensait que les Palestiniens rechercheraient la paix lorsqu'ils verront davantage de pays arabes conclure des accords de paix avec Israël». Des responsables américains proches du dossier ont désigné Bahreïn, le Maroc, Oman et le Soudan comme les prochains probables pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël.

Le gouvernement palestinien a fermement rejeté cet accord. En effet, lors d’une déclaration à la presse, le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, l’a qualifié de «trahison». Il a appelé les pays arabes à «ne pas suivre l'exemple émirati» et à ne pas céder à la «pression américaine».

Peu après, Mahmoud Abbas a décidé de rappeler son ambassadeur à Abou Dhabi.

Lire aussi:

Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Tags:
ministère qatari des Affaires étrangères, Qatar, Émirats Arabes Unis, Israël, traité de paix, Association France-Palestine, conflit israélo-palestinien, Autorité palestinienne, réfugiés palestiniens, Palestiniens, Palestine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook