International
URL courte
Par
121910
S'abonner

En raison de la crise sanitaire mondiale, des millions de personnes perdent leurs revenus et la capacité de s’alimenter sainement, ce qui contribue à la propagation de l’obésité chez l’adulte, qualifiée par les Nations unies de «pandémie à part entière», indique Bloomberg.

Les Nations unies alertent sur le risque pour 130 millions de personnes à travers le monde d’aller s’ajouter à ceux qui souffrent déjà de faim chronique cette année en raison de la pandémie de coronavirus. Dans cette sombre perspective, l’obésité représente une menace plus grave pour sa part dans le monde développé, indique Bloomberg.

De nombreuses personnes ayant perdu leur travail et leurs revenus à cause de la pandémie sont contraintes d’économiser sur l’alimentation en optant pour des aliments moins chers qui sont souvent moins sains, poursuit l’agence. Il s’agit notamment des repas rapides et des aliments ultra-transformés, généralement chargés de sel, de graisse et de sucre.

Les régimes alimentaires qui ne sont pas sains contribuent ainsi à l’aggravation du problème de l’obésité de l’adulte dans le monde entier, qui devient une «pandémie mondiale à part entière», avait déclaré en juillet l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Selon l’institution, une alimentation saine et nutritive est déjà hors de portée pour plus de trois milliards de personnes.

Qui sont les concernés?

Dans le cas du Royaume-Uni analysé par Bloomberg, les personnes aux revenus les plus faibles et issues de nombreuses minorités ethniques ont plus de risques d’être en surpoids que celles qui vivent dans les zones les moins défavorisées. À l’âge de 11 ans, les enfants des régions les plus pauvres sont trois fois plus susceptibles d’être obèses que leurs camarades les plus riches, et les minorités noires courent un plus grand risque, précise l’agence.

Environ 12% des adultes vivant avec des enfants ont déclaré avoir sauté des repas parce qu’ils n’avaient pas les moyens de se payer ou d’avoir accès à de la nourriture au cours des six derniers mois, selon une enquête de l’organisme de bienfaisance de la Food Foundation citée par Bloomberg.

Impact

Associée à des maladies telles que le diabète, les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et le cancer, l’obésité participe également au développement des cas graves de Covid-19 et donc des décès qui en découlent.

Avec l’immobilisme et l’inaction face à la montée mondiale de la mauvaise alimentation et de l’obésité, les coûts de santé associés dépasseront 1,3 milliard de dollars par an au cours de la prochaine décennie, préviennent les Nations unies, citées par l’agence.

Dans le même temps, le taux de chômage augmente à mesure que l’aide aux entreprises et aux travailleurs en congé diminue, précise Bloomberg qui suppose que la deuxième vague de coronavirus risque d’aggraver la situation.

Lire aussi:

Un simple contrôle vire à la violente agression de deux gendarmes en Charente-Maritime
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
ONU, obésité, Covid-19, pandémie, Bloomberg
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook