International
URL courte
Par
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)
6311845
S'abonner

Dans son entretien à l’édition Bild, le Premier ministre arménien a mis en garde l’Europe contre une mauvaise évaluation de la situation au Karabakh qui pourrait se terminer par l’arrivée de «la Turquie près de Vienne», accusant par cela Ankara de mener une politique impérialiste.

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a déclaré que si l'importance géopolitique de la situation au Haut-Karabakh était mal estimée, l'Europe verrait le retour de la Turquie près de Vienne, ce qui est dû selon lui à la politique impérialiste d'Ankara.

«J'attends une position claire. Si la communauté internationale fait une mauvaise évaluation de l'importance géopolitique de cette situation, l'Europe devrait s'attendre à voir la Turquie près de Vienne», a déclaré Nikol Pachinian dans un entretien au quotidien allemand Bild, répondant à une question sur les mesures que l'Allemagne devrait prendre dans la situation actuelle.

Selon Pachinian, «le Haut-Karabakh et l'Arménie sont maintenant devenus le front de la civilisation».

«Le problème est que les Arméniens du sud du Caucase sont le dernier obstacle à l'expansion de la Turquie vers le nord, le sud-est et l'est. La politique impérialiste turque s’étend beaucoup plus loin que le Caucase du Sud. Regardons les actions de la Turquie en Méditerranée, en Libye, au Moyen-Orient, en Irak et en Syrie», a énuméré le Premier ministre arménien.

Trois raisons

Enfin, il a souligné que l'escalade actuelle au Haut-Karabakh présentait une importance internationale pour trois raisons.

«Premièrement, […] comme je l'ai dit, la Turquie recrute et déplace des terroristes de Syrie pour combattre au Haut-Karabakh et en Arménie. Deuxièmement, l'armée turque participe à ce processus. Cela montre la politique impérialiste de la Turquie, dont les actions visent à reconstruire "l'empire turc"», a déclaré le ministre dans son entretien.

En outre, l’homme politique a accusé la Turquie de revenir dans le Caucase du Sud «pour poursuivre le génocide des Arméniens», en troisième raison des tensions qui frappent la région du Karabakh.

Des tensions montent dans la région

Depuis le 27 septembre, le Haut-Karabakh est le théâtre de nouveaux affrontements entre les armées arménienne et azerbaïdjanaise. Les pays se sont mutuellement accusés d’attaques. La loi martiale a été décrétée en Arménie et dans plusieurs régions d’Azerbaïdjan. Plusieurs villes ont été visées par des attaques à la roquette. Les parties en conflit font état de centaines de victimes.

De nombreux pays, dont la France et la Russie, ont appelé à un cessez-le-feu. La Turquie a assuré apporter son soutien à l’Azerbaïdjan, créant de nouvelles tensions dans la région.

Dossier:
Nouvelle escalade dans le Haut-Karabakh (88)

Lire aussi:

Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
Arménie, Turquie, politique, Haut-Karabakh
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook