International
URL courte
Par
3422212
S'abonner

La violation de la frontière russe par un destroyer américain est une provocation et la Russie se réserve le droit de réagir à de telles actions, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

La Russie qualifie de provocation l'entrée d'un destroyer américain dans ses eaux territoriales le 24 novembre, a annoncé ce vendredi 27 novembre le ministère russe des Affaires étrangères.

«Le ministère russe des Affaires étrangères proteste résolument contre cet événement que nous qualifions de provocation flagrante visant à rompre la paix et le bon ordre», précise le communiqué.

Le ministère a rappelé que Washington connaît bien la position de Moscou concernant le secteur en question: il s'agit des eaux intérieures de la Russie, sur lesquelles s'étend la souveraineté de l'État. Les tentatives d'affirmer le contraire sont inacceptables, a souligné le ministère.

«L’entrée d’un navire militaire américain dans une mer territoriale russe n’a et ne peut avoir aucun effet sur le statut des secteurs maritimes concernés conformément aux normes du droit international. Nous appelons instamment les États-Unis à s’abstenir de telles aventures à l'avenir. Sinon, la responsabilité des éventuelles conséquences incombera entièrement aux États-Unis. Nous nous réservons le droit de riposter», a conclu le ministère.

Violation de la frontière russe par le destroyer USS John McCain

Le 24 novembre, le destroyer américain USS John McCain a pénétré dans les eaux territoriales de la Russie sur deux kilomètres dans le sud du territoire du Primorié. Il a violé la frontière russe dans le golfe de Pierre-le-Grand, non loin de Vladivostok.

Selon le ministère russe de la Défense, le navire de lutte anti-sous-marine Amiral Vinogradov de la Flotte russe du Pacifique a envoyé un avertissement au navire américain, en menaçant d’«utiliser une manœuvre d'éperonnage pour chasser le contrevenant de ses eaux territoriales», après quoi l’intrus est retourné dans les eaux internationales.

Suite à l’incident, le commandement de la Septième Flotte des États-Unis a affirmé que son destroyer réalisait une opération visant à «assurer la liberté de navigation».

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
violation de la frontière, Vladivostok, territoire du Primorié, ministère russe des Affaires étrangères, destroyer, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook