International
URL courte
Par
671193
S'abonner

Démarche politique ou volonté d’apaiser les tensions lors de la «prise» du Capitole à Washington? En tout cas, Twitter, Facebook et YouTube ont censuré les sorties numériques de Donald Trump. Une décision pour le moins problématique, selon François-Bernard Huyghe, directeur de recherches à l’IRIS.

Passe d’armes numérique. À la suite des événements du Capitole, qui ont sidéré l’opinion publique américaine et internationale, Twitter a décidé de frapper un grand coup. Pour la première fois, la célèbre plateforme de micro-blogging a bloqué pour quelques heures le compte de Donald Trump, mercredi 6 janvier. Pour se justifier, le réseau social a invoqué «la situation de violence sans précédent en cours à Washington». Une effervescence se traduisant, d’ailleurs, par la publication de 450 tweets par seconde!

«Nous avons exigé la suppression de trois tweets de Donald Trump qui ont été publiés plus tôt dans la journée pour des violations répétées et graves de notre politique d'intégrité civique», a expliqué le réseau social.

Des tweets qui comprenaient notamment une vidéo où le président sortant appelait les manifestants à «rentrer chez [eux] calmement», n’oubliant pas d’ajouter «on nous a volé l’élection».

​Les ennuis volant en escadrille, des mesures similaires ont également été prises du côté de Facebook et YouTube, qui ont décidé à leur tour de supprimer ladite vidéo. «C’est une situation d’urgence et nous prenons des mesures d’urgence appropriées, y compris le retrait de la vidéo du président Trump […], qui, au final, contribue au risque de violence au lieu de le diminuer», a justifié Guy Rosen, l’un des vice-présidents de Facebook, chargé de l’intégrité de la plateforme. Par ailleurs, Mark Zuckerberg a annoncé ce jeudi 7 janvier que les comptes Facebook et Instagram de Donald Trump seront bloqués «pour une durée indéterminée, au moins pour les deux prochaines semaines, jusqu’à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée».

Des plateformes de plus en plus fermes

Habitués à uniquement apposer des bandeaux de prévention masquant les sorties numériques prolixes du Président US accompagnés d’un avertissement, «ce tweet a enfreint les règles» dans le cas de Twitter, pourquoi ces trois géants du numérique sévissent-ils maintenant davantage? Pour François-Bernard Huyghe, directeur de recherches à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et auteur notamment de Fake news: manip, infox et infodémie en 2021 (éd. VA éditions, 2020), c’est la suite logique de leur politique de modération. Ainsi, il rappelle qu’il y a depuis quelques mois une «montée en fermeté» des grandes plateformes numériques. Une «tendance lourde», selon lui, qui revêt plusieurs formes: une multitude de fermetures de faux comptes et une plus grande intervention sur les contenus. Pour les censurer, les signaler comme douteux ou encore pour les déclasser, constate François-Bernard Huyghe.

Néanmoins, avec la censure immédiate et directe du compte de Donald Trump, suivi par près de 88 millions de personnes, un nouveau cap semble être franchi. D’ailleurs, Facebook et Twitter sont régulièrement accusés de pratiquer une censure politique. Une censure qui pourrait aussi être justifiée par des impératifs économiques. En effet, la publicité étant au cœur de leur «business model», ne serait-ce donc pas la crainte de voir les annonceurs les boycotter ou se détourner d’eux qui les pousserait à surréagir?

Censure politique ou vulgaire cynisme?

Pour François-Bernard Huyghe, il y a une «question d’image de marque». Et pour cause, «ce n’est pas bon pour la réputation de Facebook, de Twitter et autres d’être considérés par la classe cultivée comme l’écosystème des fausses informations, des complotistes, des QAnons», énumère le politologue.

«Il y a une fracture énorme dans la société américaine, notamment avec les incidents du Capitole. Les grands du Net ne veulent pas être compromis sur la diffusion d’informations incitant à la haine ou à la violence dans ce passage de relais présidentiel», observe-t-il.

Cependant, cela serait aller vite en besogne d’écarter la dimension idéologique qui anime ces patrons de multinationales. En effet, selon le membre de l’IRIS: «Les grands de la Silicon Valley ont toujours financé le Parti démocrate. Toutes ces personnes ne doivent pas beaucoup aimer Trump.» Des choix dictés notamment «par leur culture, leur mode de vie», mais également par leur parcours: «Ils sont sortis des universités où l’on répand plutôt des idées progressistes, déconstructionnistes», avance le directeur de recherches.

«Tous ces facteurs font que les grands du Net ne sont pas très favorables aux idées conservatrices, par intérêt et par conviction sincère. Il peut donc y avoir une sorte de censure, de pesanteur idéologique, mais comme dans tous les milieux. Il y a une tendance idéologique dominante et des idées qui sont mal vues», nuance François-Bernard Huyghe.

Au-delà de cette dimension politique, faut-il s’inquiéter de voir qu’un réseau social peut faire plier le Président des États-Unis? Pas de doute pour François-Bernard Huyghe: «En vérité, cela veut dire que ce réseau social est plus puissant que le peuple.»

«Nous déléguons à des sociétés de droit privé internationales, qui ne se préoccupent pas vraiment de la souveraineté, qui font des choses parfois douteuses, le droit de dire ce qui est vrai ou pas, ce qui haineux ou pas. Et surtout, ce qui a le droit d’atteindre notre cerveau. On délègue ce pouvoir à des instances techniques sur lesquelles on n’a guère de contrôle démocratique», tacle-t-il pour conclure.

Lire aussi:

Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Moscou exige qu’Israël cesse «immédiatement et entièrement» sa politique de colonisation
Le nombre journalier de cas de Covid-19 remonte au-dessus des 21.000 en France
Tags:
réseaux sociaux, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook