International
URL courte
Par
12663
S'abonner

Le projet de loi sur les peuples autochtones d'Ukraine ainsi que la situation des russophones dans les pays baltes ont été évoqués par Sergueï Lavrov lors de sa rencontre avec le Haut Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales le 25 juin.

Dans le cadre d’une rencontre vendredi 25 juin avec Kayrat Abdrakhmanov, le Haut Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales, le ministre Sergueï Lavrov a attiré son attention sur la situation des russophones en Ukraine. Il a tenu à souligner qu’elle se dégradait régulièrement dans ce pays, en rappelant notamment le projet de loi sur les peuples autochtones d'Ukraine.

«Lavrov a informé le Haut Commissaire des priorités russes dans ce domaine, a attiré l'attention sur la situation constamment aggravée de la population russophone en Ukraine, notamment en ce qui concerne les lois scandaleuses sur l'éducation [...] et le projet de loi discriminatoire sur les peuples autochtones d'Ukraine», indique la diplomatie russe dans un communiqué.

Des questions ont également été soulevées concernant l'accès à l'éducation dans la langue maternelle de la population russophone dans les pays baltes, la question des apatrides de masse en Lettonie et en Estonie et l'absence de droits politiques, sociaux et économiques pour les non-citoyens.

Projet de loi sur les peuples autochtones d'Ukraine

Le Président Volodymyr Zelensky a soumis au parlement ukrainien un projet de loi sur les peuples autochtones d’Ukraine. Seuls trois peuples «autochtones» correspondent aux nouveaux critères que sont «naître sur le territoire de l’Ukraine, être porteur d’une langue et d’une culture distinctives, jouir de la conscience d’être un peuple autochtone d’Ukraine» ou «constituer une minorité ethnique dans le pays», ainsi que «ne pas avoir sa propre entité étatique en dehors de l’Ukraine». De ce fait, les Hongrois, les Roumains, les Biélorusses, les Juifs et les Russes qui vivent depuis plusieurs générations en Ukraine sont exclus de cette notion.

La réaction de Moscou

La Russie a plusieurs fois condamné cette loi. Vladimir Poutine a notamment estimé que son homologue ukrainien avait tort de diviser les populations de cette manière. Le Président russe a en outre jugé cette démarche comme «inacceptable», en soulignant qu’elle n’était conforme à aucune norme du droit humanitaire international.

Par ailleurs, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a pointé du doigt que cette loi «viole un certain nombre de traités internationaux fondamentaux relatifs aux droits de l'homme».

Lire aussi:

Cartouche reçue par courrier: la maire d’une commune des Landes réagit 
Un policier a mortellement neutralisé un automobiliste à Marseille
«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Tags:
Sergueï Lavrov, politique, Russie, OSCE, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook