International
URL courte
Par
0 346
S'abonner

Les avocats d’Alexandre Vinnik ont des preuves attestant que les États-Unis se sont immiscés dans le procès du programmeur russe en Grèce et que les autorités grecques ont demandé leur permission pour certaines de leurs actions.

Le département de la Justice des États-Unis et l’ambassade américaine à Athènes se sont directement ingérés dans l’affaire du programmeur russe Alexandre Vinnik, ressort-il des documents mis à la disposition de Sputnik par les avocats du concerné.

Il s’agit notamment d’un échange de courriers entre le ministère grec de la Justice et le département américain de la Justice. Une employée du ministère grec, Katerina Zacharaki, y demande entre autres l’autorisation de Washington de remettre un disque dur avec des copies de pièces du dossier à l’ambassade des États-Unis en Grèce.

«Oui, vous avez notre permission de remettre le disque à l’attaché juridique de l’ambassade des États-Unis», lui répond Deborah M.Gaynus, du département américain de la Justice.

Or, ce partage de données était contraire à la décision du tribunal grec, interdisant de remettre les matériaux confisqués chez M.Vinnik aux États-Unis. D’autres documents publiés précédemment montrent que les autorités grecques ont plusieurs fois violé cette décision.

Dans un autre échange, les États-Unis autorisent «Alexandre Vinnik à avoir le droit d’étudier ses revendications conformément à la législation grecque».

Affaire Vinnik

Alexandre Vinnik a été arrêté le 25 juillet 2017 à la demande de Washington alors qu’il était en vacances avec sa famille en Chalcidique, en Grèce. Les États-Unis l’accusent de blanchiment d’argent via la bourse d’échange de bitcoin BTC-e. M.Vinnik risque 55 ans de prison aux États-Unis, ce qui équivaut à une réclusion à vie. La Russie et la France ont aussi réclamé son extradition.

M.Vinnik a été détenu en Grèce pendant 30 mois en violation de la législation de ce pays qui interdit de retenir une personne plus de 18 mois sans jugement.

Fin novembre 2018, l’accusé a entrepris une grève de la faim pour protester contre la violation de ses droits et réclamer son extradition vers la Russie. Il a déclaré qu’il était un détenu politique pris en otage par les autorités grecques qui l’utilisaient à leurs fins.

Extradition d’Alexandre Vinnik

Le ministre grec de la Justice a décidé en décembre 2019 d’extrader le Russe vers la France, puis vers les États-Unis et la Russie. En janvier 2020, M.Vinnik a été extradé vers la France où il a été accusé de s'être livré sur le sol français à de l'extorsion et à du blanchiment aggravé. Le 7 décembre 2020, il a été relaxé de la plupart des chefs d’accusation et condamné à cinq ans de prison et 100.000 euros d’amende.

Pendant les différentes grèves de la faim que M.Vinnik a entamées en Grèce et en France, le programmeur a perdu plus de 30% de son poids, selon la déléguée aux droits de l'homme auprès du Kremlin, Tatiana Moskalkova.

La mère d’Alexandre Vinnik a annoncé à Sputnik que la France avait l’intention de libérer son fils et de l’extrader vers la Grèce en août.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
Darmanin proscrira les mains courantes pour lutter contre les violences conjugales: «Inutile mais, en plus, dangereux»
Tags:
Alexandre Vinnik, Grèce, États-Unis, France, ingérence
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook