Interviews
URL courte
Par
119814
S'abonner

Sévèrement touché par le Covid-19 fin 2020, le philosophe Michel Onfray dit ne craindre «aucune dictature sanitaire». L’auteur critique toutefois la stratégie gouvernementale, défend une vaccination réfléchie et lance un avertissement à propos d’un capitalisme qui tend vers «la marchandisation du monde».

Si Michel Onfray dit ne pas comprendre «du tout» ceux qui parlent de «dictature sanitaire» pour lutter contre le Covid-19, cela n’empêche pas le philosophe, guéri du virus, de dénoncer l’absence de stratégie de la part du gouvernement.

«On n’a pas protégé les Français, on a protégé l’idéologie et le marché», a-t-il lancé au micro de Sputnik.

Avec l’auteur de «La Nef des fous –Des nouvelles du Bas-Empire» (Éd. Robert Laffont), il a également été question de vaccination. Michel Onfray défend le principe: «Je ne suis pas de ceux qui disent qu’il faut arrêter les vaccins, car cela ne marche pas.» Selon lui, une «réflexion» est cependant à mener sur les vaccins afin d’«éviter» ceux «qui couvrent peu» et ceux «qui mettent les gens dans un état terrible.»

Enfin, sur le terrain économique, le philosophe estime que la crise du Covid-19 est un véritable «révélateur», «au sens photographique du terme»: «on voit la misère, la pauvreté, l’ineptie de l’Europe libérale», explique-t-il. Selon le prolifique auteur, une fois la crise du Covid-19 terminée, la situation «sera pire»:

«Le capitalisme aura avancé ses pions dans la direction du transhumanisme et de la planétarisation et de la marchandisation du monde.»

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
La République tchèque expulse près de 70 employés de l’ambassade russe, Moscou promet une réponse
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
Michel Onfray, anti-vaccins, vaccination, pro-vaccin, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook