Maghreb
URL courte
Par
2514
S'abonner

Le bilan de la fièvre typhoïde s’est rapidement alourdi, à Tataouine, en Tunisie, passant de 18 cas, le 11 juin, à 230 vendredi 26 juin, a indiqué le directeur régional de la santé dans un entretien accordé à la radio Mosaïque FM. Selon lui, une enquête épidémiologique est toujours en cours.

En plus de l’épidémie de coronavirus, la région de Tataouine, dans le sud-est de la Tunisie, est également frappée par une progression de la fièvre typhoïde depuis le 9 juin. En effet, dans une déclaration vendredi 26 juin à la radio Mosaïque FM, le directeur régional de la santé, Brahim Gharghar, a fait état de plus de 200 contaminations.

Selon le responsable, le bilan des infections est passé de 18 malades, le 11 juin, à 230 cas vendredi 26 juin.

La progression

Les premiers patients atteints de cette maladie ont été détectés mardi 9 juin. En effet, neuf personnes, âgées de 10 à 48 ans, ont été hospitalisées à l’établissement sanitaire de la ville de Tataouine.

Dans le sillage de cette détection, une enquête épidémiologique avait été lancée dans le but de déterminer les causes ayant généré la fièvre typhoïde dans la région. Les analyses ont particulièrement visé les réservoirs et les canalisations d’eau, ainsi que les fruits et légumes.

À ce jour, le comité scientifique chargé de cette étude n’a pas encore rendu ses conclusions, a informé M.Gharghar, précisant que l’enquête était toujours en cours.

La maladie

La fièvre typhoïde est une infection à point de départ digestif provoquée par la bactérie Salmonella typhi. Les données mondiales les plus récentes font état de plus de 20 millions de cas annuels, dont plus de 200.000 morts. La fièvre typhoïde apparaît le plus souvent dans des zones où l’hygiène est précaire. Elle frappe essentiellement l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine, tout en continuant à faire des victimes dans les pays développés.

La contamination se fait par ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les selles d’un sujet infecté. La prévention repose sur la vaccination qui ne nécessite qu’une seule injection et dont l’effet protecteur dure trois ans.

Lire aussi:

«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Tags:
fièvre, désinfection, maladies, lutte contre les infections, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook