Maghreb
URL courte
Par
3595
S'abonner

Dans une interview accordée à Sputnik, le Dr Abdelkader Soufi, expert algérien en études stratégiques et politiques de défense, explique les enjeux de la visite du chef de la diplomatie algérienne à Moscou concernant le partenariat stratégique entre les deux pays et leur coopération sur des dossiers internationaux comme la Libye.

Sur invitation de son homologue russe Sergueï Lavrov, le ministre algérien des Affaires étrangères Sabri Boukadoum effectuait à compter du 21 juillet une visite de travail de deux jours en Fédération de Russie. Un déplacement qui faisait suite à la rencontre en janvier à Berlin entre les deux chefs d’État Vladimir Poutine et Abdelmadjid Tebboune lors de la conférence internationale sur la Libye, mais aussi à leur entretien téléphonique du 13 juillet. La venue du chef de la diplomatie algérienne a été l’occasion pour les deux pays de faire le point sur un ensemble de dossiers d’intérêt commun, tels que le partenariat stratégique algéro-russe et la situation en Libye, au Mali et en Syrie.

Dans un entretien accordé à Sputnik, le docteur Abdelkader Soufi, enseignant à l’université de Blida en Algérie et expert en études stratégiques et politiques de défense, commente l’importance de cette visite tant sur le plan des relations bilatérales que des questions brûlantes comme celle du conflit libyen.

Le partenariat stratégique

Depuis des décennies, la Russie et l'Algérie sont liées par des relations traditionnellement amicales qui se sont transformées en partenariat stratégique après la signature de la déclaration correspondante en 2001 lors de la visite du Président russe à Alger.

«La rencontre à Moscou entre les chefs de la diplomatie algérienne et russe a été la confirmation de la très bon état de santé des relations privilégiées entre les deux États qui sont bien ancrées dans leur histoire commune», confie l’expert.

Outre la coopération technico-militaire entre les deux pays, le partenariat stratégique prévoit également le développement des relations économiques, culturelles, scientifiques, technologiques et industrielles.

À ce propos, le Dr Soufi souligne qu’au cours de cette visite, «les deux ministres ont pu vérifier l'excellence du partenariat stratégique entre l'Algérie et la Russie». «La crise pandémique a été la preuve que celui-ci n'est pas que politique et militaire, mais qu’il peut être développé et élargi à d'autres secteurs névralgiques et stratégiques tels que l'enseignement, la recherche et le développement, l'industrie, l'agriculture, l’énergie nucléaire et autres». L’Algérie a d’ailleurs été le premier pays arabe à recevoir une aide médicale de la part de la Russie pour faire face à l’épidémie de Covid-19. Sabri Boukadoum a remercié la Russie pour ce geste mercredi 22 juillet lors de la conférence de presse conjointe sanctionnant la visite.

Fin 2019, les statistiques du Service fédéral des douanes (FTS) russe ont montré qu’au cours des neuf premiers mois de l'année 2018, la Russie a livré pour 2,3 milliards de dollars de marchandises à l’Algérie quand elle en a importées pour 8,2 millions de dollars. Les principaux produits russes exportés vers l’Algérie sont des moyens de transport et des équipements (36%), des produits métallurgie (10%), agricoles (6,2%) et des matières premières minérales (5%).

De son côté, l'Algérie envoie principalement à la Fédération de Russie des produits agricoles, qui représentent près de 90% des exportations algériennes entre janvier et septembre 2018, selon le FTS.

L’épineux dossier libyen

Lors de la conférence de presse conjointe, Sabri Boukadoum s'est félicité du soutien de la Russie aux efforts des pays voisins pour résoudre la crise libyenne. À ce propos, il a mis en avant l’initiative de son pays qui a tenu des réunions avec la Tunisie et l’Égypte et ouvert un dialogue dès le début de l'année en cours avec les six pays africains voisins de la Libye. L’Algérie «s’attelle actuellement à l’élimination de toute cause menant à l’escalade militaire en Libye» et elle «poursuivra cette action en tentant d’en convaincre toutes les parties», d’autant plus qu'elle est «convaincue que la solution en Libye n’est pas militaire mais plutôt politique», a-t-il exposé.

De son côté, M.Lavrov a rappelé que l’Algérie avait «joué un rôle primordial lors de la conférence de Berlin». «Nous communiquons avec l’Algérie pour le règlement politique des conflits dans la région», a-t-il ajouté, émettant le souhait que l’Algérie, l’Égypte et la Tunisie jouent «un rôle actif dans le règlement de la crise libyenne, d’autant que leur sécurité nationale est tributaire de la stabilité de la Libye».

Commentant la position de chaque pays sur le conflit libyen, Abdelkader Soufi a indiqué que «cette rencontre a été l’occasion pour les deux responsables de peaufiner la vision commune et convergente par rapport aux questions régionales et internationales dans le strict respect du droit international». «L'Algérie tout comme la Russie ont toujours eu des relations d’amitié avec la Libye dans le respect de sa souveraineté. Elles ne peuvent donc pas rester en marge de ce qui arrive aux Libyens et œuvreront ensemble et avec toute les bonnes volontés pour aider les Libyens à retrouver la paix, en parfaite harmonie avec la sécurité internationale», a-t-il insisté. Et de noter: «Nous avons constaté qu'il y avait une adhésion totale de la Russie à la feuille de route proposée par l'Algérie pour le règlement définitif de la crise libyenne».

La solution en Libye, selon l’expert

Pour le Dr Soufi, «la crise libyenne qui était déjà complexe, mais à deux doigts d'être réglée, a été compliquée par l'intervention turque et ses conséquences désastreuses sur l’évolution de la situation».

«Nous assistons à une montée des tensions sur le terrain qui risque de faire définitivement capoter la solution pacifique appuyée par l'Algérie et la Russie conformément au droit international et à l’action des Nations unies pour arriver à un règlement politique dans le respect des droits et de la souveraineté du peuple libyen et de l'intégrité de son territoire», a-t-il prévenu.

«L’objectif de la présence turque en Libye avec le déplacement de milliers de terroristes de la zone de conflit en Syrie vers ce pays consiste à permettre à Ankara d’avoir une mainmise sur la prise de décision en Libye», a mis en garde le spécialiste, soulignant que «le plus grave, c’est de voir ces terroristes bénéficier de la nationalité libyenne sur fond d’un exode massif des Libyens». «Ceci pourrait modifier la composition sociale de la population et changer par conséquent la donne géopolitique, avec toutes les conséquences qui peuvent en découler sur la stabilité et la sécurité de toute la région», a-t-il soutenu.

Pour résoudre le conflit, Abdelkader Soufi propose «un cessez le feu immédiat accompagné d’une action diplomatique rapide en vue de former un gouvernement provisoire constitué de toutes les factions libyennes». «Sa mission serait la proposition d’une constitution de consensus et la préparation des élections présidentielles et législatives», a-t-il conclu.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
partenariat stratégique, relations diplomatiques, relations bilatérales, relations économiques, relations publiques, gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Armée nationale libyenne (ANL), Haut conseil d'État libyen, crise libyenne, Libye, FSB, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook