Maghreb
URL courte
Par
499
S'abonner

Deux professeurs algériens ont commenté pour TSA la décision de la France de classer l’Algérie parmi les pays à risque concernant la pandémie de Covid-19. Ils estiment qu’au vu de la hausse du nombre de malades ces dernières semaines, la décision est «justifiée» et «sans surprise».

La France a inscrit le 24 juillet l’Algérie sur la liste des pays où le virus du Covid-19 «circule très fortement, et dont il ne sera plus possible de venir sans la preuve d’un test PCR négatif», indique un communiqué du gouvernement publié sur son compte Twitter.

Deux professeurs algériens ont dit au site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA) avoir reçu «sans surprise» la décision des autorités françaises. Selon eux, le dispositif mise en place par le gouvernement français dans les aéroports visant à dépister les voyageurs Algériens est «tout à fait justifié» à cause de la fulgurante augmentation du nombre de contaminations dans le pays.

«Nous n’avons pas à cacher ce qui se passe»

Chef du service des maladies infectieuses de l’Établissement public hospitalier (EPH) de Boufarik, à l’ouest de la capitale Alger, le Pr Mohamed Yousfi considère auprès de TSA que «nous n’avons pas à cacher ce qui se passe actuellement [sur le plan épidémiologique en Algérie, ndlr]».

Pour lui, «tout le monde est au courant, même à l’étranger, qu’en Algérie il y a une augmentation pour ne pas dire une explosion des cas de Covid-19» à cause du non-respect des mesures sanitaires d’hygiène instaurées par les autorités.

De plus, le Pr Yousfi rappelle que l’Algérie ne procède pas à un dépistage massif, «par conséquent, tous les Algériens sont potentiellement des porteurs, même asymptomatiques, du virus jusqu’à preuve du contraire».

«Les gens contaminent leur propre famille»

Dans le même sens, le Pr Idir Bitam, expert des maladies transmissibles et des pathologies tropicales, pointe la responsabilité des citoyens dans l’augmentation des cas confirmés au sein de la cellule familiale.

«Depuis bientôt deux mois, on a remarqué que les contaminations sont intrafamiliales», informe le Pr Bitam. Et de poursuivre: «Le mode de contamination a changé», «les gens contaminent leurs propres familles».

Il explique par ailleurs qu’«il y a beaucoup de porteurs sains qui transportent le virus et le dispersent. Le problème est que ces personnes ne le savent pas et du coup elles sont en contact avec leurs enfants, parents et grands-parents», ce qui facilite la prolifération de l’épidémie.

M.Bitam précise que l’augmentation des centres de prélèvements et d’analyses explique en partie la hausse du nombre de cas. «Nous en sommes à 30 et on va augmenter jusqu’à 50 centres de diagnostic», dit-il. Il signale également que le nombre journalier de malades pourrait dépasser «sans problème la barre des 1.000 cas».

«Ce n’est pas inquiétant. Ce qui l’est, en revanche, c’est le nombre de décès. On a remarqué une certaine stabilité dans les chiffres qui ne dépassent pas les 13 décès par jour. C’est une stabilité qui nous rassure un peu», conclut le Pr Bitam.

Le bilan officiel en date du 26 juillet fait état de 27.357 cas de contamination, 18.471 guérisons et 1.155 décès en Algérie.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, souche de coronavirus, Covid-19, fermeture des frontières, France, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook