Moyen-Orient
URL courte
Par
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (104)
0 130
S'abonner

Un ex-député libanais a établi un parallèle entre les morts de deux anciens responsables des douanes de Beyrouth et l’explosion meurtrière du 4 août dans le port de la capitale.

Le récent assassinat du colonel à la retraite des Douanes libanaises, Mounir Abourjeily, à Qartaba, non loin de Beyrouth, ressemble à la mort suspecte en 2017 d’un autre douanier du port de la capitale et pourrait être lié à l’explosion du 4 août, estime le député démissionnaire Neemat Frem.

«Nous voulons des réponses de l’État à l’assassinat aujourd’hui du colonel des douanes à la retraite, Munir Abourjeli, et à l’assassinat du colonel Joseph Skaff, dont l’enquête n’a pas abouti depuis 2017! Il importe d’analyser les indices des deux affaires et leur éventuel lien avec l’explosion du port», a indiqué Neemat Frem sur Twitter le 3 décembre.

Morts suspectes de deux anciens douaniers

Le corps d’un homme identifié comme étant un colonel à la retraite des Douanes libanaises a été retrouvé le 2 décembre à Qartaba, au nord de Beyrouth, selon l’Agence nationale de l’Information (ANI). L’homme aurait été tué dans son sommeil par un coup porté à la tête avec un objet contondant.

L’Orient-Le-Jour relate que le colonel à la retraite des douanes libanaises Joseph Nicolas Skaff, 57 ans, a été retrouvé mort le 5 mars 2017 à Beit el-Chaar, au nord de Beyrouth. Selon l’enquête, l’homme est décédé suite à une chute accidentelle d’une hauteur de trois mètres.

Mais les proches de la victime et l’association Jeunesse antidrogue (JAD), où M.Skaff occupait la fonction de formateur, contestent cette hypothèse et affirment qu’il est mort d’un violent coup à la tête porté par un ou plusieurs inconnus qui l’attendaient dans un parking.

«Quelle est la probabilité que deux officiers de la brigade des Douanes du port de Beyrouth soient liquidés, presque de la même façon, à trois ans d’intervalle?» s’est interrogé le député démissionnaire Neemat Frem auprès du journal.

Le dossier de 2017 pourrait être utile pour l’enquête sur l’explosion

Selon le quotidien, le colonel Skaff avait été le premier à mettre en garde ses supérieurs sur le danger de stocker du nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth en février 2014. En outre, il s’était fait connaître par la saisie de grandes quantités de haschisch et la confiscation de plusieurs tonnes de pilules de captagon, un psychotrope à base d’amphétamines régulièrement associé à Daech*.

En août dernier, l’association JAD a demandé au juge d’instruction et procureur général près la Cour de justice Fadi Sawan de joindre le dossier sur la mort de Skaff à celui de l’explosion du 4 août.

Explosion dans le port de Beyrouth

Le 4 août, une double explosion s’est produite dans le port de Beyrouth, faisant près de deux cents morts et plus de 6.500 blessés et soufflant les quartiers environnants dans un rayon de plusieurs kilomètres. La déflagration a provoqué des dégâts matériels estimés à plusieurs milliards de dollars.

Les autorités ont affirmé qu’elle avait été déclenchée par une cargaison de 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium stockée depuis 2013 «sans mesures de précaution» dans un entrepôt du port, après avoir été saisie sur un bateau parti de Géorgie à destination du Mozambique.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (104)

Lire aussi:

La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
Ce que l’on sait de la violente agression de Yuriy à Paris
Tags:
explosion, Douanes, Beyrouth, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook