Moyen-Orient
URL courte
Par
7418
S'abonner

«Comme lors de toutes les transitions de pouvoir précédentes [aux États-Unis, ndlr], les Émirats arabes unis s’attendaient à un examen des politiques actuelles par la nouvelle administration», affirme l’ambassadeur émirati à Washington, tout en expliquant que l’acquisition des F-35 servirait les intérêts des deux pays.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington, Yousef Al Otaiba, commente, dans un message posté sur le site de l’ambassade, les récentes déclarations du secrétaire d’État américain, Antony Blinken, concernant le réexamen des engagements pris par Donald Trump envers certains pays arabes qui ont conclu des accords de normalisation avec Israël. Il affirme que son pays «s’attendait» à cette décision, concernant notamment la vente d’avions de combat furtifs de 5e génération F-35 à Abou Dhabi.

«Comme lors de toutes les transitions de pouvoir précédentes [aux États-Unis, ndlr], les Émirats arabes unis s’attendaient à un examen des politiques actuelles par la nouvelle administration», écrit le diplomate. Néanmoins, il se félicite «des efforts conjoints visant à désamorcer les tensions et à renouveler le dialogue régional», affirme que son pays «travaillera en étroite collaboration avec l'administration Biden sur une approche globale de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient».

Quid de la vente des F-35?

Par ailleurs, expliquant l’importance stratégique pour son pays d’acquérir ces avions de 5e génération, M.Al Otaiba précise que la vente des F-35 «est un package bien plus vaste qu’une simple exportation de matériel militaire à un partenaire».

Et de souligner, qu’à l'instar des États-Unis, la possession d’un escadron de F-35 «permettra aux Émirats arabes unis de maintenir une forte dissuasion contre toute éventuelle agression. Dans le contexte des accords de normalisation avec Israël, cela «contribuera à rassurer les partenaires régionaux en matière de sécurité».

Enfin, Yousef Al Otaiba estime que cela permettra également aux Émirats arabes unis «d'assumer davantage le fardeau de la sécurité collective régionale, libérant les actifs américains pour d'autres défis mondiaux, une priorité bipartisane américaine de longue date».

«Avec le même équipement et la même formation, les forces américaines et émiraties seront plus efficaces ensemble quand et où cela est nécessaire», conclut-il.

Faire «progresser les objectifs stratégiques»

Lors de sa première conférence de presse au Département d’État, Antony Blinken a expliqué qu’en «général en ce qui concerne les ventes d'armes, il est habituel au début de tout mandat d'examiner les ventes en attente, pour s'assurer que ce qui est envisagé est quelque chose qui fait progresser nos objectifs stratégiques». «C’est ce que nous faisons en ce moment», a-t-il précisé.

Lors de son audition au Sénat pour confirmation de sa nomination, M.Blinken a affirmé qu’«il y a certains engagements qui ont pu être pris dans le contexte de la normalisation de leurs relations avec Israël par ces pays, que je pense que nous devrions examiner attentivement». Il a néanmoins ajouté qu’il applaudissait «le travail qui a été fait pour faire avancer la normalisation avec Israël», espérant pouvoir «également bâtir sur cet acquis».

Outre les Émirats arabes unis, Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et a retiré le Soudan de la liste des pays sponsors du terrorisme international, en contrepartie de la normalisation des relations entre ces deux pays et l’État hébreu.  

Lire aussi:

Bracelet électronique et alerte sonore: ces outils étudiés par des sénateurs pour endiguer toute prochaine pandémie
Pass sanitaire: Bilan après la première semaine de mise en application
Jeux olympiques: une Russe apporte une première médaille d’or à son pays
Tags:
F-35 Lightning II, F-35A, coopération militaire, Émirats Arabes Unis, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook