Russie
URL courte
13392
S'abonner

Le traité sur l'élimination des armes nucléaires qui doit être signé lors de la 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu va à l’encontre des intérêts nationaux de la Russie, selon Mikhaïl Oulianov, chef du département du contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères.

Alors que l'Assemblée générale de l'Onu s'apprête à signer un traité sur l'élimination des armes nucléaires, la partie russe estime que ce document ne répond pas aux intérêts nationaux du pays, a déclaré le chef du département du contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères Mikhaïl Oulianov dans une interview au journal russe Kommersant.

Le traité «va à l'encontre des intérêts nationaux de la Russie ainsi que de la vision russe concernant les mesures à prendre pour s'acheminer vers le désarmement nucléaire», a-t-il souligné.

En outre, M. Oulianov a ajouté que construire un monde sans armes nucléaires était «un objectif à long terme» qui devait être atteint de façon progressive.

«Le travail dans ce sens devra être mené dans le contexte du renforcement de la stabilité stratégique et en tenant compte des intérêts de sécurité nationale de tous les pays, y compris, bien sûr, ceux de la Russie», a-t-il résumé.

La 72e session de l'Assemblée générale des Nations Unies a débuté mardi 12 septembre à New York. Parmi ses principaux travaux figure la signature d'un traité sur l'élimination des armes nucléaires prévue pour le 20 septembre.

 

Lire aussi:

Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
Xavier Bertrand évoque «un risque de guerre civile» sur fond de violences de mineurs
Tags:
Russie, États-Unis, Mikhaïl Oulianov, Assemblée générale des Nations unies, armes nucléaires, élimination
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook