Ecoutez Radio Sputnik
    Modèle de sous-marin de type Pirania

    La durée de submersion du sous-marin russe Pirania va quadrupler

    © Sputnik .
    Russie
    URL courte
    3391

    Le Salon de la marine qui vient de prendre fin à Saint-Pétersbourg a attiré l’attention des experts et de la presse sur plusieurs nouveaux projets conceptuels de sous-marins et de bâtiments de surface.

    Le Bureau de construction de la Neva a présenté le porte-avions Lamantin du projet 11430E, d'un déplacement d'eau de 75.000 tonnes et qui pourrait abriter jusqu’à 60 aéronefs différents et de 6 à 10 drones.

    Pour sa part, le Bureau de construction Malakhit a dévoilé le projet de premier sous-marin non-atomique P-750B muni d’un système de propulsion anaérobie.

    Igor Karavaev, concepteur en chef du Bureau Malakhit, a expliqué à Sputnik, les particularités du nouveau projet par rapport à ses prédécesseurs et les nouvelles technologies utilisées dans sa conception. Interview. 

    M. Karavaev, le bureau de construction Malakhit a présenté pour la première fois au Salon de la marine de Saint-Pétersbourg un modèle de sous-marin non-atomique de type Pirania du projet P-750B équipé d’une propulsion anaérobie. Quelle est la nature de cette nouvelle conception?

    Le bureau de construction Malakhit a effectivement présenté pour la première fois au Salon de la marine de Saint-Pétersbourg un concept de sous-marin non-atomique du projet P-750B de type Pirania muni d’un système de propulsion anaérobie.

    Ce système que nous avons conçu diffère de ceux qu’on envisageait par le passé d’installer dans les sous-marins. Beaucoup des systèmes anaérobies existants se basent sur les piles à combustible ou les moteurs Stirling.

    Dans notre cas, il s’agit d’une turbine à gaz qui fonctionne en cycle fermé. Autrement dit, il y a à bord une réserve d’oxygène liquide dans les réservoirs cryogéniques. L’oxygène joue le rôle d’oxydant pour la turbine qui utilise le gazole en tant que combustible. L’électricité générée alimente les systèmes du bâtiment et son mouvement, notamment le moteur électrique principal du sous-marin qui assure son déplacement.

    De combien la durée de submersion du sous-marin a-t-elle été augmentée grâce au système de propulsion anaérobie?

    Les batteries peuvent assurer le fonctionnement du sous-marin pendant trois jours au maximum, alors que le système anaérobie peut lui assurer 12 jours de déplacement économe en continu à une vitesse de 4 nœuds. En théorie, il peut rester submergé pendant toute cette période, mais il est nécessaire au sous-marin de remonter de temps en temps en surface afin de définir sa position, de recevoir des messages radio etc.  

    S’agit-il d’un concept ou d’un projet plus concrétisé?

    C’est un projet conceptuel. Il s’agit d'une initiative du Bureau Malakhit que nous sommes prêts à proposer au ministère de la Défense et aux clients étrangers potentiels. Notre sous-marin est très silencieux, mais il a fait beaucoup de bruit pendant le salon.

    Quelles sont les autres différences de votre projet par rapport aux autres sous-marins modernes?

    Un sous-marin du projet P-750B est très automatisé et a besoin d’un équipage relativement réduit: de 18 à 20 personnes. Les générations précédentes des Pirania avaient trois, cinq et neuf membres d’équipage, car il s’agissait de très petits bâtiments. Le tirant d’eau de ce sous-marin a été considérablement augmenté par rapport aux générations précédentes: de 370 à 1.400 tonnes. Il est muni d’un sas permettant d’embarquer et de faire débarquer les forces spéciales en toute discrétion. Ce sas est en mesure de laisser sortir six nageurs à la fois.

    Comment sera armé votre sous-marin?

    Le sous-marin peut porter des torpilles, des mines et même les missiles de croisière Kalibr, lancés horizontalement depuis la surface.

    A quel point est-il silencieux?

    D’ici le début de la construction de ces sous-marins - j’espère qu’ils seront en effet construits - il existera des amortisseurs encore plus performants qui rendront ces bâtiments encore plus silencieux.

    Quelles sont vos chances de signer avec le ministère de la Défense ou la Marine un contrat de conception du projet préliminaire et technique du sous-marin? 

    Aucun prototype réel de ce sous-marin n’existe encore. Nous ne voulons pas prendre l’initiative de le construire sans avoir signé un contrat avec le ministère de la Défense. Nous attendons actuellement le cahier des charges du ministère de la Défense concernant la conception du projet technique. Le problème est que ce sous-marin introduit beaucoup de nouveautés qui suscitent de l’inquiétude chez le client. Cela concerne notamment la présence d’oxygène liquide à bord du bâtiment. De mon point de vue, il n’y a rien à craindre, car les sous-marins utilisent depuis plus de 50 ans les torpilles à oxygène 53-65k et stockent des volumes important d’oxygène sous une pression très forte: environ 200 kg/cm2.

    Votre système de propulsion anaérobie pourrait-il être utilisé dans les sous-marins conçus par le Bureau Rubin, notamment dans les projets 677 Lada et 636.3 Varchavianka?

    C’est possible, mais, franchement, cela serait moins efficace que son intégration au nouveau projet.

    Est-ce que ce sous-marin pourra porter des drones marins?

    Il est encore trop tôt pour en parler à l’étape actuelle de la conception. Dans tous les cas, il est certainement possible de munir le bâtiment de drones marins.

    A quelle mission sera assigné le sous-marin?

    Ce sous-marin prévoit plusieurs versions, notamment de frappe (avec les missiles Kalibr), d’opérations spéciales (avec les nageurs à bord) ou d’enfouisseur de mines gardant le déplacement standard. Le bâtiment est conçu de manière à pouvoir changer ses armes en fonction des objectifs.

    Quelle usine devrait construire ces sous-marins?

    Il est possible de construire ces navires dans les usines Sevmach et Zvezdotchka de Severodvinsk ou sur les chantiers navals Admiralteiskie de Saint-Pétersbourg. 

    Tags:
    bureau d'études Malakhit, Russie, sous-marin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik