Russie
URL courte
Par ,
12527632
S'abonner

Ce mardi 2 février, la justice russe a transformé la peine de trois ans et demi avec sursis d’Alexeï Navalny en prison ferme. La défense de l’opposant a déjà promis de faire appel de ce verdict prononcé dans le cadre de l’affaire Yves Rocher.

Le tribunal Simonovsky de Moscou a transformé ce mardi 2 février la peine de trois ans et demi avec sursis d’Alexeï Navalny en prison ferme dans le cadre de l’affaire Yves Rocher remontant à 2014.

La juge Natalia Repnikova a annoncé que la demande du Service fédéral russe d'exécution des peines (FSIN) devait être satisfaite.

«Le tribunal juge nécessaire d’imposer une peine à Navalny dans une colonie pénitentiaire à régime général», a-t-elle ajouté.

Toutefois, étant donné que l’opposant a passé un an en résidence surveillée lors de l'enquête préliminaire, il passera deux ans et demi en colonie pénitentiaire.

L'opposant restera détenu au centre de détention Matrosskaïa Tichina jusqu'à ce que la décision du tribunal n'entre en vigueur. Sa défense a 10 jours pour faire appel.

Son avocat Vadim Kobzev a déjà confirmé à Sputnik qu’ils feraient appel de la décision.

Le tribunal a en outre appelé le FSIN de prêter attention au travail de son inspecteur qui devait veiller à ce que Navalny respecte ses contrôles judiciaires dans le cadre de sa peine avec sursis. Selon le parquet, ce responsable a mal rempli ses fonctions.

Des réactions internationales ne tardent pas, Moscou réagit

Londres, Washington et Berlin ont déjà appelé la Russie à libérer sans délais l'opposant.

Sur Twitter, Emmanuel Macron a qualifié la condamnation d'Alexeï Navalny d’«inacceptable» et a appelé la Russie à le libérer immédiatement.

Commentant la réaction de l’Allemagne au verdict de la justice russe, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a déclaré que Moscou n'avait reçu aucune réponse de Berlin dans le cadre de l’affaire sur le prétendu empoisonnement de l’opposant russe.

Maria Zakharova a également recommandé aux pays qui appellent la Russie à libérer Alexeï Navalny de «s’occuper de leurs problèmes intérieurs».

«Il n'est pas nécessaire de s'ingérer dans les affaires intérieures d'un État souverain», a-t-elle ajouté.

Affaire Navalny

L’opposant Alexeï Navalny a été arrêté le 17 janvier dès son retour d’Allemagne pour avoir violé les conditions d’un contrôle judiciaire.

En 2014, il est reconnu coupable d’escroquerie dans le cadre de l’affaire Yves Rocher, tout comme son frère Oleg. Alexeï écope d’une peine de trois ans et demi de prison avec sursis.

En 2012, une plainte est déposée par Yves Rocher contre l’opposant pour abus de confiance.

La compagnie des frères Navalny a fourni des services logistiques à la société Yves Rocher à un prix gonflé entre 2008 et 2012, fait savoir l’enquête. L'opposant a reçu 55 millions de roubles (600.000 euros), alors que le coût réel des services était de 31 millions de roubles (340.000 euros).

En novembre 2014, la société déclare pourtant n’avoir subi «aucun dommage».

Jusqu'au 30 décembre 2020, Alexeï Navalny devait pointer de manière régulière à l'administration pénitentiaire dans le cadre de sa peine avec sursis. Mais il lui est reproché d’avoir manqué ses rendez-vous à de multiples reprises.

Contrairement à ce qui peut être dit par les médias occidentaux, aucune violation concernant son hospitalisation en Allemagne n’a fait l’objet de plaintes entre mars 2017 et le 17 août 2020.

Lire aussi:

Carla Bruni réagit à la condamnation de Nicolas Sarkozy
Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Tags:
Russie, justice, prison, peine, Alexeï Navalny
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook