Santé
URL courte
91723
S'abonner

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, aux États-Unis, enregistrent toujours davantage de cas de maladies et de décès liés à la cigarette électronique. Le média La Voix de l'Amérique a cherché à en savoir plus.

Dans une déclaration aux médias du 26 septembre, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont confirmé de nouveaux cas de maladies et de décès liés à la cigarette électronique. 805 cas de patients atteints de maladies respiratoires associées au vapotage ont été confirmés dans 46 États américains. Les CDC font état de 12 morts dans 10 États, contre six le 12 septembre. Le 19 septembre, soit une semaine auparavant, 530 malades de ce type avaient été comptabilisés dans le pays. En une semaine, ce nombre a donc grimpé de 52%.

Cet été, des responsables de la santé publique avaient commencé à recevoir des signalements de malades souffrant de maladies respiratoires sévères, rapporte La Voix de l'Amérique. Les poumons semblaient avoir été touchés par une substance caustique. Toutes ces personnes avaient le seul point commun d’avoir récemment fait usage d’une cigarette électronique.

La plupart des patients ont affirmé avoir inhalé des produits contenant du THC, présent dans le cannabis, relate le média américain. D’autres disent que leurs e-cigarettes contenaient uniquement de la nicotine. Les professionnels de la santé recommandent de ne plus vapoter en attendant que la cause de ces maladies soit mieux comprise.

Lire aussi:

Le bilan de l'explosion à Beyrouth s'alourdit à 30 morts et 3.000 blessés, selon des chiffres préliminaires
Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et des blessés - vidéos
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
«Va chier, connard»: hué en pleine course, un quadruple vainqueur du tour de France s’emporte – vidéo
Tags:
santé, santé publique, États-Unis, Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), maladies, e-cigarette
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook