Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Son repas fait proliférer 700 parasites dans son cerveau et ses poumons - vidéo

    CC0 / Free-Photos
    Santé
    URL courte
    7939
    S'abonner

    Cet habitant de la province chinoise du Zhejiang a mangé de la viande à moitié cuite et en a payé le prix: plus de 700 cestodes ont envahi son cerveau et ses poumons, rapporte la presse.

    Le Chinois de 43 ans Zhu Zhongfa a mangé en octobre un plat à base de porc sans pour autant vérifier si la viande était suffisamment cuite. Or, ce manquement a failli avoir des conséquences fatales.

    Souffrant depuis d’évanouissements fréquents et d'attaques convulsives, l’homme s’est plus tard adressé à des médecins qui, après avoir effectué une IRM, ont découvert chez lui des centaines de parasites.

    En effet, précise l’édition, la viande contenait des larves de ténias, connus sous le nom de «ver solitaire». Comme l’expliquent les spécialistes, ayant pénétré dans son estomac, ils ont ensuite été transportés par le sang dans le cerveau.

    Un traitement visant à tuer les parasites et à protéger le corps contre les effets secondaires du médicament lui a été prescrit. Alors qu’il est indiqué que la première semaine du traitement a été un succès, l’état de santé actuel de Zhu Zhongfa n’est pourtant pas précisé.

    Ténia du porc

    Ce cestode se développe d’habitude dans le corps des cochons et l’homme l’attrape en consommant de la viande non suffisamment cuite. Dans l’intestin, le cestode en question grandit atteignant jusqu’à deux, voire trois mètres de long.

    Selon les données de l’OMS, l’infection du système nerveux central par ce parasite est l’une des causes les plus courantes d’épilepsie.

     

    Lire aussi:

    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Tags:
    viande, Chine, parasites
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik