Santé
URL courte
Études sur le coronavirus – mai (46)
0 183
S'abonner

Les tests de dépistage du coronavirus et des anticorps associés peuvent être trompeurs et révéler de faux résultats négatifs à tous les stades de la maladie. Ancha Baranova, docteur en sciences biologiques, a fourni des explications à Sputnik.

Ancha Baranova, docteur en sciences biologiques, professeur du School of Systems Biology de l’Université de George Mason, a expliqué le 11 mai à Sputnik pourquoi des tests de dépistage du Covid-19 et des anticorps peuvent donner un faux résultat négatif.

Au premier stade, même en l'absence de symptômes de la maladie, le virus se reproduit et la personne contaminée est porteuse de l’infection.

«Environ 40% des personnes contractent le virus via des porteurs asymptomatiques. Après la première étape, l'étape où les symptômes sont visibles commence. Néanmoins, pour certaines personnes, la maladie ne dépasse pas la première étape», a-t-elle déclaré.

Selon la biologiste, à ce stade, la destruction du virus se produit grâce à des interférons, qui créent le système de défense naturel du corps. Ce dernier est capable de vaincre le virus sans produire d'anticorps, en conséquence, un test d'anticorps chez une personne contaminée peut être négatif.

Ce qu’il se passe à la deuxième phase

Pendant la deuxième phase, des symptômes apparaissent: température et toux, puis essoufflement. À ce stade, le virus continue de se reproduire et là, il est recommandé d’utiliser des médicaments antiviraux prévus par le traitement du Covid-19. En outre, le corps déclenche une protection supplémentaire. Vers le milieu de la deuxième étape, il commence à produire des anticorps.

«Une personne peut également rester au deuxième stade, et la maladie ne se transformera pas en une forme plus aiguë. À ce stade, le virus peut être vaincu par des anticorps. Dans le pire des cas, la maladie ne s'arrêtera pas parce que l'inflammation est toujours en cours, avec une pneumonie mais à cause d'autres facteurs. Une telle situation peut conduire à un test négatif. Vient par la suite la prochaine étape, elle est encore plus difficile. Je répète, à ce stade, le virus peut être à l'intérieur d'une personne, ou peut ne déjà plus y être», a ajouté Mme Baranova.

Risque d’une inflammation incontrôlée

La spécialiste a également détaillé ce qu’il se passe au troisième stade: un choc cytokinique peut se produire (une inflammation incontrôlée qui endommage les tissus du corps). Le plus souvent, à ce stade, une personne est hospitalisée et il est nécessaire de la connecter à un respirateur artificiel.

«Pendant la troisième étape, le virus se reproduit assez faiblement et la résistance du corps humain devient le facteur le plus important de la récupération», a résumé Mme Baranova.
Dossier:
Études sur le coronavirus – mai (46)

Lire aussi:

Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Le couvre-feu et la Garde nationale à Washington suite aux manifestations devant la Maison-Blanche - vidéos
Tags:
étude, tests, Covid-19, santé
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook