Santé
URL courte
213042
S'abonner

Alors que la saison de la pastèque approche à grands pas, une nutritionniste russe a révélé que cette cucurbitacée pouvait faire prendre du poids et a conseillé de s’en passer à ceux qui souffrent de diabète et d’athérosclérose.

Une consommation exagérée de pastèque revêt de nombreux dangers, tandis que certains ne devraient pas en manger du tout, a déclaré la nutritionniste russe Olga Grigorian dans une interview à la radio Govorit Moskva. Elle a indiqué que l’abus de cette cucurbitacée pouvait provoquer une dysfonction métabolique et conduire notamment à l’obésité.

«Si vous mangez tous les jours plus d’un kilo et demi de pastèque, et nombreux sont ceux qui en consomment plus, une prise de poids vous est presque automatiquement garantie», a-t-elle affirmé.

Elle a souligné que la personne concernée prendrait du poids en raison de l’augmentation de la graisse corporelle.

«Et tout le monde sait aujourd’hui combien il est difficile de perdre la composante adipeuse» du poids, a souligné Olga Grigorian.

Elle a appelé ceux qui souffrent de diabète et d’athérosclérose à renoncer à la pastèque.

Pas plus de 300 grammes

Les personnes allergiques doivent, elles, réduire les doses consommées.

«Si vous avez des antécédents de bronchite allergique ou d’asthme bronchique, que vous constatez des éruptions ou des complications de maladies de peau, comme le psoriasis, n’insistez pas sur la pastèque», a encore fait remarquer Olga Grigorian.

Elle a précisé qu’en une fois il ne fallait pas manger plus de 300 grammes de cette chair juteuse et sucrée.

«Il faut comprendre que la pastèque a un très bon goût notamment parce qu’elle contient une grande quantité de sucre», a-t-elle noté, appelant à contrôler sa consommation.

Lire aussi:

Fraude sociale: les milliards perdus de la Sécu
Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Les USA échouent à imposer leurs vues sur l’Iran au Conseil de sécurité de l’Onu
Tags:
danger, pastèques, nutrition
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook