Ecoutez Radio Sputnik

    Les opioïdes excessivement prescrits aux États-Unis et au Canada

    CC0 / AKuptsova
    Sci-tech
    URL courte
    736
    S'abonner

    Les antidouleurs créant une forte dépendance sont largement prescrits aux États-Unis et au Canada, selon une étude. Cette pratique aurait fait des milliers de morts.

    Une nouvelle étude portant sur plusieurs institutions publiée dans la revue JAMA montre que les patients en convalescence aux États-Unis ou au Canada ont 50% de chances d’être traités avec des opioïdes. C'est sept fois plus que le pourcentage correspondant en Suède. Aux États-Unis, les doses initiales seraient supérieures à 200 équivalents en milligrammes de morphine (EMM), soit beaucoup plus qu'au Canada.

    Les chercheurs ont analysé plus de 220.000 cas entre 2013 et 2016, en se concentrant particulièrement sur le pourcentage de prescriptions d’opioïdes dans deux périodes, sept à 30 jours postopératoires ou post-sortie ainsi que sur la posologie et le type d'opioïde utilisé.

    Des résultats révélateurs

    Les résultats de l’étude ont été révélateurs: aux États-Unis et au Canada, environ 76% et 78% des patients, respectivement, se sont vu prescrire un ou plusieurs médicaments opioïdes dans les sept jours suivant la chirurgie, tandis qu'en Suède, aucune opération n'a été suivie d'une prescription d'opioïdes dans plus d'un cinquième des cas. En Suède, le nombre total d'ordonnances d'opioïdes exécutées dans les sept jours suivant l'opération ne représentait que 11%.

    En outre, aux États-Unis, les patients ont reçu en moyenne environ 250 EMM d'opioïdes avec la toute première ordonnance, ce qui est nettement supérieur aux 200 et 170 EMM en Suède et au Canada, respectivement. Pour la morphine, la dose moyenne distribuée était d'environ 440 EMM, et d'environ 150 EMM pour la codéine.

    Une surutilisation de morphines aux États-Unis

    De plus, les fournisseurs de soins de santé américains avaient tendance à prescrire de l'hydrocodone et de l'oxycodone, alors qu’au Canada et en Suède, 60% et 45% des ordonnances respectivement concernaient la codéine et le tramadol. Les deux derniers médicaments ne constituaient que 7% des ordonnances d'opioïdes aux États-Unis.

    Ces différences dans les pratiques de prescription d'opioïdes ont été qualifiées de «sombres» par le chercheur Mark D. Neuman. La pratique consistant à administrer des opioïdes tels que la codéine, le tramadol et la morphine pour soulager la douleur postopératoire à court terme est une routine dans le monde entier, mais elle semble faire l’objet d’une surutilisation aux États-Unis.

    Une tendance qui inquiète

    «Je pense qu'il y a beaucoup de données, y compris dans cette étude, qui suggèrent que les patients reçoivent plus d'opioïdes que nécessaire, même pour des interventions chirurgicales mineures», a déclaré le Dr Karim Ladha, coauteur de l'étude, cité par Radio Canada.

    La tendance observée est plutôt dangereuse, dans la mesure où elle peut conduire à la consommation d’opioïdes à long terme et à une dépendance aux opioïdes nouvellement apparue, note News-Medical.net. Cela est particulièrement préoccupant compte tenu de l'augmentation du nombre de décès liés à une surdose d'opioïdes dans le monde entier, alors que l'utilisation d'opioïdes par habitant est la plus élevée aux États-Unis et au Canada. Près de 4.500 personnes sont en effet mortes de causes liées aux opioïdes au Canada l’an dernier, précise La Presse.

    Tags:
    médicaments, Suède, États-Unis, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik