Ecoutez Radio Sputnik
    astéroide (image d'illustration)

    Un gigantesque astéroïde pourrait frapper la Terre à ces dates, selon la Nasa

    © CC0 / MasterTux
    Sci-tech
    URL courte
    322448
    S'abonner

    La Nasa a prévenu de l’existence de l’astéroïde Apophis d’une taille gigantesque qui menace de se diriger un jour vers la Terre, informe le Daily Star.

    L’astéroïde Apophis, qui se cache quelque part dans le Système solaire, représente une menace réelle pour la Terre à cause de sa taille massive, avertit la Nasa.

    Une menace existe

    L’astéroïde a été nommé Apophis d’après le dieu de la mythologie égyptienne des forces mauvaises et de la nuit, personnification du chaos, du mal, de l'obscurité, cherchant à anéantir la création divine. En cas de collision avec la Terre, des millions de personnes pourraient être tués.

    Une bête de l’espace

    Selon les estimations de la Nasa, Apophis mesure environ 370 mètres pour un poids incroyable de 67.240.989 de tonnes. Il se trouve quelque part dans notre Système solaire, plutôt proche de la Terre, et se déplace à la vitesse vertigineuse de 5.85 km/s. Pour toutes ces raisons, Apophis a été officiellement qualifié d’objet potentiellement dangereux (OPD).

    Quand va-t-il tomber?

    Selon la Nasa, il existe 10 dates entre 2060 et le 2103 auxquelles Apophis pourrait heurter la Terre: le 12 avril 2060; le 11 avril 2065; le 12 avril 2068; le 10 octobre 2068; le 13 avril 2076; le 13 avril 2077; le 13 avril 2078; le 10 octobre 2089; le 13 avril 2091 et le 14 avril 2103. Néanmoins, il reste peu probable que l’astéroïde modifie sa trajectoire et rentre en collision avec notre planète.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    Apophis (astéroïde), astéroïde, NASA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik