Sci-tech
URL courte
4104
S'abonner

Un chercheur russe a dévoilé la fréquence de la chute d’astéroïdes présentant une menace éventuelle pour notre civilisation. Selon lui, ces objets spatiaux s’écrasent tous les 100 millions d'années. La dernière chute a causé la disparition des dinosaures il y a 65 millions d'années. Par ailleurs, le scientifique a présenté d’autres estimations.

Des astéroïdes capables de détruire la civilisation humaine tombent sur la Terre tous les 100 millions d'années, a déclaré Igor Bakaras, responsable du centre d'information et d'analyse pour assurer la sécurité des activités spatiales dans l'espace proche de la Terre du TsNIIMash, principal institut de recherche de Roscosmos.

L’hypothèse la plus répandue veut que la disparition des dinosaures soit due à la chute d’un astéroïde ou d’une comète sur notre planète il y a 65 millions d'années. Son impact a marqué la Terre du cratère de Chicxulub, d’au moins 180 kilomètres de diamètre, près de la côte du Yucatán, au Mexique. Les chercheurs affirment que le corps céleste mesurait plus de 10 kilomètres.

«Selon des scientifiques, une collision d'un corps céleste mesurant au moins 10 kilomètres et capable de détruire la civilisation humaine, et la Terre, peut se produire environ une fois tous les 100 millions d'années. Il n'y a pas eu de telles collisions dans l'histoire de l'homme moderne (environ 100.000 ans)», a indiqué Bakaras.

Des estimations pour d’autres objets spatiaux

Il a également présenté des estimations pour des astéroïdes de plus petite taille. Ainsi, la chute d'un astéroïde d'un kilomètre de diamètre pourrait provoquer une catastrophe mondiale. Le rayon du cratère sur le site impacté serait d'environ 20 kilomètres.

«Les événements de cette ampleur se produisent environ une fois tous les millions d’années», a déclaré le scientifique.

Les astéroïdes de 100 mètres de diamètre pourraient provoquer une destruction régionale — avec un rayon du cratère d'environ deux kilomètres — ou déclencher des tsunamis en cas de chute dans l'océan. Des événements de cette ampleur se produisent environ tous les trois mille ans.

En outre, le scientifique note que les diamètres de la plupart des corps célestes et les paramètres de leur orbite ne sont pas connus en détail.

«Ces dimensions sont spécifiées lorsque des objets observés passent près de la Terre. Par conséquent, il arrive souvent qu'un astéroïde initialement considéré comme dangereux devienne inoffensif», a expliqué Igor Baras.

Début 2019, notre système solaire comptait 18.000 objets spatiaux potentiellement dangereux, dont 99% étaient des astéroïdes.

Tentative de déviation de l’orbite

Auparavant, des astronomes ont également découvert que les objets spatiaux de plus de 150 mètres tombaient sur Terre tous les 10.000 ans. Pour éviter une éventuelle collision entre un astéroïde et la Terre, la Nasa et la European Space Agency (ESA) prévoient de lancer en 2021 une mission spatiale commune pour tester un moyen de dévier l’orbite de l’astéroïde double Didymos avant son impact prévu en 2022.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
ESA, NASA, Terre, Russie, Holding spatial russe Roscosmos
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook