Sci-tech
URL courte
4250
S'abonner

Les souris atteintes par le cancer du côlon ont guéri dans 100% des cas après un traitement à l’aide d’un médicament basé sur les nanoparticules de la ferrite de cobalt, annonce un groupe de chercheurs de l’Université russe de recherche et de technologie.

Un groupe international de chercheurs mené par les experts l’Université nationale de recherche et de technologie MISiS a annoncé la guérison de 100% des souris atteintes par le cancer du côlon à l’aide d’un médicament basé sur les nanoparticules de la ferrite de cobalt.

La procédure a utilisé une technologie de traitement des maladies oncologiques sur la base de l’hyperthermie: il s’agit de réchauffer jusqu’à une certaine température la tumeur grâce aux nanoparticules introduites à cette dernière. Les résultats des essais ont été publiés dans la revue Nanomedicine: Nanotechnology, Biology, and Medicine.

Une méthode prometteuse

L’hyperthermie magnétique est une méthode prometteuse de traitement du cancer qui utilise un réchauffement intensif capable de provoquer une destruction rapide des protéines cellulaires ce qui se solde par une élimination rapide des cellules de la tumeur. Afin de prévenir la mort des cellules saines de l’organisme parallèlement à la destruction de celles affectées, on introduit dans la tumeur une substance ayant des effets magnétiques. Cette dernière (il s’agit des nanoparticules des oxydes des métaux) entre en contact avec les cellules de la tumeur et se réchauffe sous l’effet du champ électromagnétique alternatif d’une fréquence de 1 kHz, en détruisant les cellules affectées. 

Cette technologie n’a pas encore été systématisée. Les scientifiques recherchent les matériaux et, surtout, les températures qui seront les plus efficaces dans le cadre de cette procédure. Les experts des matériaux et les biochimistes du laboratoire «Nanomatériaux biomédicaux» de l’Université nationale de recherche et de technologie MISiS (Moscou, Russie) ont publié en partenariat avec leurs collègues russes, allemands et grecs les résultats des études in vitro et in vivo démontrant qu’une thérapie oncologique efficace exigeait de trouver la meilleure température pour chaque type du cancer.   

La disparition de toutes les tumeurs malignes chez 100% des souris

Ainsi, le groupe a réussi à obtenir la disparition complète de toutes les tumeurs malignes chez 100% des souris affectés par le cancer du côlon grâce au réchauffement des tumeurs à 41-43°С. Les scientifiques ont utilisé les nanoparticules de la ferrite de cobalt qui avaient des capacités magnétiques considérables et étaient donc capables d’assurer le réchauffement des cellules et des tissus dans un large diapason de températures sous l’effet du champ électromagnétique. Qui plus est, elles sont très stables dans l’environnement physiologique et ne produisent aucun effet toxique sur les cellules et les tissus de l’organisme, alors que leur production est facile et bon marché.

«Les observations ont concerné des groupes d’animaux affectés par deux types différents de tumeurs: le cancer du côlon CT26, peu agressif, et le cancer du sein 4T1, agressif et métastasant. Les deux groupes ont subi l’injection de la suspension des nanoparticules de la ferrite de cobalt dans la tumeur et la thérapie suivante basée sur l’hyperthermie magnétique dans le cadre de trois régimes thermiques», explique Anastassia Garanina, coauteure de l’article et ingénieure du laboratoire «Nanomatériaux biomédicaux» de la MISiS.

Deux types des tumeurs malignes analysés

Les scientifiques ont mené une analyse comparative de l’effet des régimes thermiques différents sur deux types des tumeurs malignes - peu agressif et très agressif, activement métastasant - et ont établi que les cellules du cancer du côlon étaient plus sensibles à l’hyperthermie et périssaient déjà à la température de 41-43°С.    

«Dans le cadre d’une série d’essais, le cancer du sein s’est avéré plus résistant au réchauffement: ses cellules ne périssaient que sous l’effet de l’hyperthermie élevée, dépassant 45°С, ajoute Anastassia Garanina. Dans les groupes d’animaux qui avaient subi la thérapie thermique au niveau de 46-48°C et de 58-60°C, la survie se chiffrait à 25-40%. Une découverte importante réside dans le fait que la thérapie sur la base de l’hyperthermie magnétique réduit le nombre des cas d’apparition des métastases dans l'organisme des animaux par rapport à l’exérèse chirurgicale de la tumeur».

Le groupe poursuit actuellement ses recherches laboratoires afin d’optimiser le fonctionnement des substances sur la base des nanoparticules dans le cadre des études préliminaires.  

L’étude a également réuni des collaborateurs de l’Université d'État Lomonossov de Moscou (Moscou, Russie), de l’Université Aristote de Thessalonique (Thessalonique, Grèce), de l’Université de Duisbourg et Essen (Duisbourg, Allemagne), de l’Université de technologie chimique Dmitri Mendeleïev de Moscou (Moscou, Russie) et de l’Université nationale russe de recherches médicales (Moscou, Russie).    

Lire aussi:

L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
En continu: attaque au couteau à Notre-Dame de Nice, trois morts dont un aurait été décapité
Un homme armé qui menaçait des passants à Avignon tué par la police
Tags:
traitement, science, cancer, souris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook