Sci-tech
URL courte
253
S'abonner

La multiplication de taches solaires récemment observée pourrait marquer le début d’un nouvel cycle, préviennent des spécialistes de la NASA.

Grâce à l’Observatoire de la dynamique solaire (SDO, Solar Dynamics Observatory) qui se trouve dans l’espace, des chercheurs américains ont constaté l’apparition de nouvelles taches sur la surface du Soleil, fait savoir la NASA sur son site officiel.

Selon l’agence, il s’agit des flashs les plus puissants observés depuis l’automne 2017. Cependant, ils ne sont pas assez répétitifs pour avertir les Terriens d’une intensification de l’activité solaire, souligne la NASA.

Les chercheurs rappellent que l’apparition de taches sur le Soleil peut être le signe avant-coureur d’un nouveau cycle solaire dont le début se produit généralement tous les 11 ans. Or, le début d’un nouveau cycle n’est constaté que rétroactivement, après une série d’observations qui durent de six à 12 mois.

«L’augmentation actuelle du nombre de taches ne veut pas dire qu’il ne reviendra pas à son niveau précédent le mois prochain», indique la NASA.

Aucun effet sur la santé, mais...

L’agence spatiale ajoute que les éruptions en question ne devraient pas avoir d’effets sur la santé des personnes, car le rayonnement qu’elles génèrent ne peut pénétrer l’atmosphère terrestre. Néanmoins, elles peuvent affecter les connexions mobiles et les signaux GPS.

La dernière série de puissants flashs solaires avait été observée en septembre 2017. L’éruption du 10 septembre 2017 a été classée X, soit le niveau maximal.

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Le président de l’UFC accuse McGregor d’avoir fait «l’une des choses les plus sales», l’Irlandais rétorque
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Erevan promet d’employer des Iskander si Ankara recourt à des F-16 dans le Haut-Karabagh
Tags:
NASA, espace, Soleil, éruption solaire
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook