Sci-tech
URL courte
682
S'abonner

Des scientifiques japonais ont imité des réactions chimiques qui ont pu avoir lieu suite à la chute d’un corps céleste dans l’océan à l’époque de la formation de la Terre. L’interaction entre les éléments a déclenché la constitution d’acides aminés responsables de la vie organique, indique une étude publiée dans Scientific Reports.

Pour comprendre l’apparition de la vie sur Terre, des scientifiques japonais ont simulé la chute d’un astéroïde dans l’océan. Le résultat montre que l’interaction entre les éléments chimiques conduit à la formation de molécules organiques, indique une étude publiée dans Scientific Reports.

Les chercheurs ont reproduit l’environnement après la chute d’un astéroïde dans l’eau.

Une atmosphère reconstruite

Afin de reconstituer l’atmosphère de l'Hadéen, époque de formation de la Terre qui a débuté il y a plus de quatre milliards d’années, les scientifiques se sont servis de dioxyde de carbone et d’azote, deux des éléments chimiques les plus importants pour la formation de la vie.

Puis ils ont étudié les réactions chimiques qui se sont produites entre le dioxyde de carbone, l’azote, l’eau et le fer.

Après l’impact, des acides aminés tels que la glycine et l’alanine ont commencé à se former. Elles servent de blocs de construction pour les protéines qui participent à de nombreuses réactions biologiques.

Cette découverte confirme l’hypothèse selon laquelle les premiers éléments qui ont favorisé le développement de la vie organique sur Terre sont d’origine cosmique, conclut l’étude réalisée par des chercheurs de l’université du Tohoku, du National Institute for Materials Science (NIMS), de l’université d’Osaka et du Center for High Pressure Science and Technology Advanced Research (HPSTAR) de Pékin.

Même processus sur Mars

Selon les auteurs, les résultats obtenus pourraient également être pertinents pour d’autres planètes comme Mars. Une forte intensité de la distribution des cratères à la surface suggère des impacts cosmiques intenses il y a 3,7 milliards d’années.

De plus, une quantité considérable de preuves géologiques et géophysiques indiquent des traces d’eau sur la planète, alors que la modélisation atmosphérique suggère que les principaux composants sont le dioxyde de carbone et l’azote, poursuivent les chercheurs.

La Terre et Mars ayant souvent été touchées par des météorites et des astéroïdes au début de leur formation, cette version de génération d’acides aminés est crédible, affirment les scientifiques.

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
astéroïde, étude, chercheurs, Mars, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook