Sci-tech
URL courte
Par
1110
S'abonner

La police de New York a dévoilé un nouveau robot ressemblant à un chien, un engin à l’aspect plutôt futuriste, qui sera utilisé pour lutter contre le crime et «sauver des vies». Tous les internautes n'en sont pas enthousiasmés.

La police de New York dispose désormais d’un nouvel outil pour répondre aux situations d'urgence, à savoir un «chien robot» baptisé Digidog, doté d’un système d'intelligence artificielle sophistiqué et d'une série de caméras et de signaux. «Ce chien va sauver des vies», a déclaré à ABC7 New York Frank Digiacomo, inspecteur de l'Unité d'intervention de l'assistance technique.

​L’engin pèse près de 32 kilogrammes et est capable de courir avec une vitesse d’environ 5 km/h et même de monter des escaliers, mais aussi d’utiliser son intelligence artificielle pour s’orienter, précise le média.

La police du futur?

Digidog a déjà été utilisé, notamment à Brooklyn en octobre dernier lorsqu'un suspect s'était barricadé dans un bâtiment, puis dans le Queens, lorsque deux hommes armés tenaient cinq personnes en otages. Le robot a été utilisé pour acheminer de la nourriture.

Pour l'instant, c'est le seul chien robot de la police, mais les officiers espèrent en ajouter, le considérant comme très utile et prometteur.

Cependant, de nombreux internautes n'ont pas apprécié ce que certains ont qualifié de «jouet à 75.000$».

L'un d'eux a estimé que ce robot ouvrait la voie à de «futures applications de machines militarisées sans pitié».

​Un autre l'a comparé à l’atmosphère dystopique de la série Black Mirror.

Lire aussi:

L’Institut Pasteur arrête son principal projet de vaccin contre le Covid-19, pas assez efficace
Un élu centriste de Paris explique le lynchage de Yuriy par l’impossibilité d’«aller au sport»
Une septuagénaire affirme avoir été tabassée pour avoir photographié un resto ouvert en plein couvre-feu - photo choc
Agression de Yuriy à Paris: sa mère donne de ses nouvelles - photo
Tags:
robot, police, New York
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook