Sci-tech
URL courte
Par
33210
S'abonner

La Terre pourrait receler un «noyau interne profond» dans sa structure, estiment des scientifiques australiens, indiquant que la traditionnelle division en quatre couches devrait éventuellement être révisée.

Des chercheurs de l'Université nationale australienne (ANU) confirment l'existence d’un «noyau interne profond» dans la structure de notre planète, ce qui pourrait pousser à revoir l’histoire de la formation de la Terre.

«L'idée d'une autre couche distincte a été proposée il y a une vingtaine d'années, mais les données sont très peu claires», a rappelé l’université sur son site.

Selon l'auteur principal de l'étude, publiée précédemment dans le Journal of Geophysical Research: Solid Earth, si cette nouvelle couche est difficile à observer, ses propriétés pourraient témoigner d’un évènement inconnu et dramatique de l'histoire de la Terre.

Le noyau interne

Pour étayer leur hypothèse, les scientifiques ont fait varier des milliers de modèles du noyau interne selon la vitesse et le temps de passage des ondes sismiques à travers notre planète. Il s'est avéré que les différences dans la composition du matériau du noyau affectaient la direction des ondes. Les chercheurs ont trouvé des preuves indiquant un changement dans la structure du fer, ce qui suggère éventuellement deux périodes de refroidissement distinctes dans l'histoire de la Terre.

«Nous avons ajouté une autre pièce au puzzle en ce qui concerne notre connaissance du noyau interne de la Terre.»

L’étude de ce dernier pourrait aider à mieux comprendre l'histoire et l'évolution de notre planète qui, selon le point de vue traditionnel, compte quatre couches principales: la croûte, le manteau, le noyau externe et le noyau interne, soulignent les scientifiques.

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
planète, science, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook