Ecoutez Radio Sputnik
    Mots

    Quand la politique est mère de tous les mots

    © Sputnik .
    Société
    URL courte
    143

    Des pays et institutions du monde entier décident de temps en temps de rayer certains mots et expressions de leur vocabulaire. Quelles sont leurs motivations et est-ce que l'interdiction d'un terme aide à régler le problème qui est derrière?

    «Nègres littéraires», c'est fini en France: le ministère français de la Culture a accepté la proposition du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) visant à effacer du langage cette expression devenue maladroite dans l'époque du politiquement correct.

    Le ministère a ainsi recommandé aux médias et aux professionnels de l'édition d'utiliser le terme «prête plume» ou «écrivain fantôme». Il ne s'agit pas d'une première victoire du CRAN sur l'héritage colonial dans la langue française: par le passé, le groupe avait obtenu la débaptisation des pâtisseries nommés «négro», «Bamboula» ou «tête de nègre».

    Plus tôt dans l'année, la Commission de toponymie de la province de Québec avait décidé de supprimer le mot «nègre» des noms de lieux. «Même si les mots "nigger" ou "nègre" sont d'usage ancien, ils peuvent porter atteinte à la dignité des membres de la communauté noire», avait expliqué la Commission dans un communiqué.

    Les arènes, ce n'est pas pour les sportifs

    Or, chaque pays mène son propre combat linguistique, et les motivations sont des plus diverses. Ainsi, en mai dernier, Recep Tayyip Erdogan a ordonné le bannissement du mot «arène» dans les noms de stades en Turquie. Selon le Président, il s'agit d'un vocable étranger à la langue turque, qui renvoie aux combats entre gladiateurs et bêtes féroces.

    «Vous savez ce qu'ils faisaient dans les arènes par le passé? Des hommes y étaient dépecés par des animaux», avait alors rappelé M.Erdogan, réputé comme farouche défenseur de la langue turque.

    Le monde financier ne reste pas à l'écart

    Début 2012, les médias avaient rapporté que les textos contenant les termes «dollar» ou «devise» (en persan) étaient bloqués en Iran, confronté à la chute continue du rial face à la monnaie américaine sur fond de sanctions financières et bancaires imposées à Téhéran par Washington et les pays européens. En revanche, le terme «euro» n'était pas affecté par ces restrictions.

    Côté occidental, en mars 2016 la Bank of America a interdit à ses cadres dirigeants d'employer le mot «Brexit» jusqu'au jour du vote sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'UE, et ce dans le but de rester en dehors d'un débat devenu politiquement sensible.

    Disparition du vin en Iran

    La République islamique s'est également distinguée en 2016, le ministère iranien de la Culture ayant annoncé que le terme «vin», ainsi que des noms d'animaux et de politiques «étrangers», seraient désormais bannis des livres publiés dans le pays.

    Cette mesure, prise à la «demande expresse» de l'ayatollah Ali Khamenei s'inscrivait selon le ministère dans le cadre de la lutte contre «les attaques culturelles occidentales».

    Style chinois

    Préoccupée par l'écart entre ses citoyens riches et pauvres, la Chine a interdit en 2011 d'utiliser les mots «suprême», «royal», «luxe», «luxueux» ou «classe» dans les publicités destinées au marché national. Les annonceurs ont alors été obligés de corriger leurs publicités sous peine de s'exposer à une amende allant jusqu'à 3.400 euros.

    Pendant cette même année, marquée par les révoltes dans les pays arabes, la Chine avait selon les médias proscrit sur internet le mot «jasmin» devenu synonyme du «printemps arabe», bien que la fleur soit toujours très cultivée dans le pays.

    La Floride interdit le réchauffement climatique

    En mars 2015, les fonctionnaires du ministère de l'Environnement de l'État américain de Floride ont affirmé qu'ils ne pouvaient pas employer, sous peine de sanctions, des expressions comme «changement climatique» ou «élévation du niveau de la mer».

    Le Florida Center for Investigative Reporting a alors indiqué que cette interdiction provenait directement du gouverneur républicain de l'État, Rick Scott, un climato-sceptique patenté. Les porte-parole du ministère et du gouverneur ont pour leur part démenti ces rapports, soutenant qu'il n'existait aucune politique de censure.

    Lire aussi:

    Les erreurs à ne pas répéter dans vos mots de passe
    Pourquoi les hackers vous disent merci quand vous choisissez votre mot de passe?
    Le mot de l’année 2017 a été choisi en Russie
    Tags:
    linguistique, langue, euphémismes, politiquement correct, Brexit, Bank of America (BofA), Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), Recep Tayyip Erdogan, Chine, Turquie, Iran, Québec, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik