Ecoutez Radio Sputnik
    Steak

    Une Londonienne adopte le véganisme et sa santé se dégrade (photos)

    CC0 / Pixabay
    Société
    URL courte
    17296

    Après la naissance de sa fille, une Britannique a effacé de son régime alimentaire le lait et les œufs. Puis, elle a renoncé aux aliments d'origine animale et a commencé à perdre ses cheveux en grande quantité quelques semaines plus tard, relate The Daily Mail.

    La musicienne Jessica Dru de Londres a décidé de renoncer au lait et aux œufs après la naissance de sa fille allergique à ces produits, a-t-elle raconté au quotidien The Daily Mail.

    Puis, elle a pris la décision de passer à un régime végan. Ainsi, en avril dernier, Jessica a cessé de manger des produits d'origine animale du jour au lendemain.

    «Au début, je me sentais mieux et plus énergique. Mais ensuite, les choses ont changé», a-t-elle détaillé.

    Quelques semaines plus tard, la Londonienne a constaté une perte de cheveux particulièrement visible sur l'avant de son crâne.

    Malgré cela, la jeune maman n'a pas abandonné son régime végan. Quelques mois après, à la perte de cheveux s'est ajoutée la somnolence. Elle n'arrivait plus à se réveiller le matin et avait besoin de mettre plusieurs réveils.

    Une des raisons de la perte de cheveux pourrait être le manque de kératines (les protéines qui composent les cheveux et les ongles) dans son alimentation. En plus de la viande et du poisson, elles sont contenues dans les haricots, les lentilles, les pois chiches et le lait de soja.

    Maintenant, Jessica Dru essaie de diversifier son régime avec des aliments contenant de la kératine et elle espère que cela résoudra son problème de perte de cheveux.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Castaner n'exclut pas que la police soit à l'origine de la disparition d'un fêtard à Nantes
    Une forte explosion secoue le centre de Vienne (images)
    Tags:
    cheveux, végétariens, viande, santé, Londres, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik