Ecoutez Radio Sputnik
    Chambre d'injection létale aux Etats-Unis

    L’administration Trump réautorise la peine de mort à l'échelle fédérale

    © AP Photo/ Amber Hunt
    Société
    URL courte
    17207
    S'abonner

    Le procureur général des États-Unis, William Barr, a annoncé la reprise des exécutions au niveau fédéral, après 16 ans de moratoire. La peine de mort est prévue pour cinq Américains condamnés pour des meurtres particulièrement cruels.

    Depuis 16 ans, personne n’a été condamné à mort pour un crime fédéral aux États-Unis. Le gouvernement de Donald Trump semble sortir du sillage avec l’annonce, jeudi 25 juillet, de la reprise des exécutions.

    «Le Congrès a expressément autorisé la peine de mort via des lois adoptées par […] les deux chambres du Congrès et signées par le Président», a indiqué dans une lettre le procureur général des États-Unis, William Barr.

    Le ministère américain de la Justice a programmé cinq exécutions, pour décembre 2019 et janvier 2020.

    La peine capitale sera appliquée aux personnes condamnées «pour avoir tué, et parfois torturé et violé, les membres les plus vulnérables de la société: des enfants ou des personnes âgées», a indiqué le communiqué.

    Dans sa lettre remise au Bureau fédéral des prisons, William Barr a également demandé de ne plus s'appuyer sur la méthode d'exécution par injection successive de trois médicaments, mais d’en utiliser un seul, le pentobarbital de sodium.

    «Chacun de ces condamnés a épuisé ses recours et il n'existe actuellement aucun obstacle juridique à leur exécution […]. D'autres exécutions seront prévues à des dates ultérieures», a noté William Barr.

    En outre, la lettre cite les noms des cinq condamnés à mort et précise les crimes qu’ils ont commis.

    L’Union européenne a résolument critiqué la décision prise par les autorités fédérales américaines. Dans une déclaration de son service diplomatique dont Sputnik a pris connaissance, elle a indiqué que la peine de mort violait le droit à la vie proclamé dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948, qu’elle s’élevait contre l’exécution et qu’elle œuvrerait en faveur de son abolition dans le monde.

    Tags:
    abolition, droits de l’homme, Union européenne (UE), Sputnik, médicaments, injection létale, William Barr, Donald Trump, États-Unis, exécution, peine de mort
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik