Société
URL courte
44314
S'abonner

Un ancien agent de bord a expliqué pourquoi il ne faut jamais prendre de café ou de thé dans l’avion: pour préparer ces boissons, les membres d'équipage utilisent de l'eau du robinet, écrit le Daily Express. Et dans la plupart des cas, cette eau contient de l’escherichia coli ou d'autres bactéries, comme le montrent plusieurs récentes études.

Il est déconseillé de boire du café ou du thé dans l’avion, l'eau du robinet étant utilisée pour en préparer la plupart, rapporte le Daily Express en se référant à un ancien agent de bord.

Plusieurs récentes études ont montré que dans la plupart des cas, l’E. coli ou d'autres bactéries se trouvent dans l'eau du robinet des compagnies aériennes, rappelle le tabloïde. En outre, la fréquence à laquelle les réservoirs de transport et de chauffe de l'eau sont nettoyés est souvent inconnue.

Ainsi, les voyageurs doivent s'approvisionner en boissons avant de monter à bord de l’appareil ou commander exclusivement de l'eau en bouteille pendant le vol.

L’eau est mauvaise même pour se laver les mains

«L'eau des compagnies aériennes est si mauvaise qu'il n’est pas recommandé de se laver les mains après avoir utilisé la salle de bain, mais d’utiliser à la place un désinfectant pour les mains», raconte l’agent de bord.

D’après une étude de l’Agence américaine de protection de l’environnement des États-Unis (Environmental Protection Agency), un avion sur huit ne répond pas aux normes sanitaires de l'eau et 12% des avions commerciaux aux États-Unis ont été testés positifs pour les niveaux élevés de bactéries dans l'approvisionnement en eau du robinet.

Lire aussi:

Une fête d’anniversaire se transforme en rixe «d’une rare violence» à Marseille
Un photo-journaliste de 65 ans violemment agressé à Reims, son pronostic vital engagé
Biden explique pourquoi il a ordonné des frappes en Syrie
Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Tags:
boisson, avion, eau, café
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook