Société
URL courte
Par
373108
S'abonner

Tandis que certains s’impatientent pour recevoir le tant attendu vaccin contre le Covid-19, d’autres s’y opposent farouchement. Les sceptiques de la vaccination se distinguent souvent par un enclin pour les théories du complot, un outil psychologique pour faire face à l’anxiété, explique une psychologue à Sputnik.

La vaccination contre le Covid-19, certes, avance à grands pas un peu partout dans le monde mais, dans de nombreux pays, un pourcentage important de la population reste toujours réticent quant au fait de se faire inoculer la substance médicale protégeant contre la maladie.

En France, par exemple, où 26,41% de la population a déjà reçu au moins une dose de vaccin, cette hésitation s’élève à 30%, selon le sondage d’Odoxa publié le 8 avril dernier. Comme le montre un sondage d’Abacus Data paru le 17 avril, au Canada la situation est à peu près similaire: 28% des Canadiens affichent leur scepticisme face au vaccin mais disent pouvoir changer d’avis et 8% le refusent catégoriquement.

Une récente étude de l'université de Sherbrooke, au Québec, reprise par Radio-Canada, explique d’ailleurs que l’une des principales raisons de ce refus est un penchant pour les idées complotistes. Ainsi, d’après l’auteur de l’étude, Olivier Champagne-Poirier, 32% des personnes incarnant cette tendance ne veulent pas recevoir le vaccin, alors que, chez ceux qui n’y sont pas enclins, le pourcentage des hésitants est de 9% seulement.

Contactée par Sputnik, la psychologue Irina Skoumina explique que le lien entre l’opposition au vaccin et la croyance dans des théories du complot est tout à fait logique sur le plan psychologique.

Lecture psychologique du phénomène

Selon la spécialiste, si la pandémie en général et la vaccination contre le Covid-19 en particulier ont engendré tant de théories du complot, c’est parce que cela est essentiel pour l’humain au niveau psychologique.

«Au lieu de se réjouir et se faire vacciner, les gens ont réagi [à l’apparition du vaccin, ndlr] de la même manière qu’à l'épidémie: beaucoup de théories du complot ont surgi», affirme-t-elle.

Il s’agit, selon elle, d’un mécanisme psychologique de résistance au stress et d’adaptation à la nouvelle donne. Ainsi, dans le cadre de la stratégie dite de confrontation, une personne essaye de trouver des responsables en cherchant une vérité ou une explication à une situation inédite. En prétendant agir dans l'intérêt universel, elle génère assez souvent des théories du complot.

«Ces théories, quel bien font-elles au psychisme humain? Elles permettent, pour un certain temps, de surmonter l’anxiété et d’ajourner l’inévitable», explique la psychologue. Le cerveau humain étant entraîné à faciliter les choses, il reporte à la dernière minute la prise de décision concernant l’injection de la substance médicale.

«Le cerveau, jusqu’au tout dernier moment, s’accroche aux théories du complot, car, en le faisant, il lui est plus facile de ne pas prendre la décision concernant la vaccination et de ne pas y réfléchir tout simplement», poursuit-elle.

Une partie de «l’expérience Covid»

«Dans le cas du vaccin anti-Covid, le caractère imminent et incontournable de l'infection, à laquelle nous nous sommes habitués et à laquelle nous avons appris à, d'une manière ou d'une autre, l’éviter, a été remplacé par l'imminence de la vaccination», explique-t-elle.

Cela s’est produit parce que la campagne de vaccination n’est en effet qu’une partie de l’expérience mondiale relative au Covid-19. Et celle-ci est, selon la spécialiste, une situation unique en son genre. Lors de cette pandémie, pour la première fois dans l’Histoire, deux facteurs clés vont de pair: de nombreuses restrictions de caractère social, notamment, les confinements et la communication généralisée sur la Toile.

Par conséquent, les adeptes des théories du complot, qu’il s’agisse de ceux croyant qu’avec le vaccin une puce permettant de les «contrôler» sera injectée dans l’organisme humain ou ceux pour qui le produit médical est une substance «meurtrière», aujourd’hui ont la parole, notamment à l'aide des réseaux sociaux.

Ainsi, Mme Skoumina conclut que lors de la campagne de vaccination, les théories du complot se sont encore une fois avérées «un outil» psychologique pour faire face «au nouveau et à l’inévitable».

Lire aussi:

Une personne vaccinée peut-elle être considérée comme cas contact?
Président «jupitérien»: «Macron s’est trompé d’époque, il en subit les conséquences» - vidéo
Découverte d’un charnier au Canada: qui étaient ces enfants victimes de la mission civilisatrice imposée par l’Occident?
Tags:
psychologue, vaccination, théories du complot, complotisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook