Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Thierry Mariani commente la situation concernant les menaces contre Sputnik Estonie

© Sputnik . Kirill Kallinikov / Aller dans la banque de photosThierry Mariani
Thierry Mariani - Sputnik France
S'abonner
Poursuivre le personnel de Sputnik Estonie en liaison avec les sanctions antirusses est absolument inadmissible, a déclaré à Sputnik le député européen Thierry Mariani.

Les tentatives de poursuite en justice du personnel de Sputnik Estonie, relativement aux sanctions antirusses sont inacceptables, a déclaré dans une interview à Sputnik le député européen Thierry Mariani.

«Je parle avec précaution parce qu’ il faut d’abord voir cette lettre et les détails, mais en général ce genre d’attaques à la liberté de presse est inacceptable... С’ est contraire à toutes les valeurs reconnues».

Sputnik - Sputnik France
Poutine sur les menaces à l’égard de Sputnik Estonie: le pays doit avoir peur de votre influence sur les gens
Interrogé au sujet d’éventuelles semblables tentatives de persécution de journalistes sur la base de sanctions, Thierry Mariani a indiqué que ce serait une «première» et que rien de tel ne s’était passé jusqu’ici. Il a demandé également de le tenir au courant de la situation.

La rédactrice en chef de Sputnik et de la chaîne RT, Margarita Simonian, s’est adressée, pour sa part, à la Présidente estonienne Kersti Kaljulaid, l’appelant à empêcher l’arrestation des journalistes.

L’ultimatum de Tallinn

L’agence Rossiya Segodnya a annoncé le 18 décembre dans un communiqué que les salariés de Sputnik Estonie avaient reçu des lettres les menaçant de poursuites judiciaires s’ils ne cessaient pas de travailler pour le groupe russe avant le 1er janvier 2020. Tallinn fonde sa décision sur les sanctions antirusses décrétées par l’UE en mars 2014 contre plusieurs personnes morales et physiques.

Sputnik - Sputnik France
SimilarWeb: Sputnik conforte sa popularité en France et devance Libé, Mediapart et Google
Le service de presse de Rossiya Segodnya avait précédemment qualifié les actions des autorités estoniennes d’arbitraires. Il avait fait également connaître son intention de s’adresser aux organisations internationales comme l’Onu, l’OSCE, le Conseil de l’Europe, l’Unesco et la CEDH pour qu’elles évaluent cette situation de violation de la liberté de parole et pour qu’elles prennent des mesures en vue de garantir les droits des journalistes à l’exercice de leur activité professionnelle.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала